Pennsylvanie

Pennsylvanie

Situer ce lieu sur une carte

Population : 12.773.801 (6e) ; Capitale : Harrisburg ; Surnom : The Keystone State ; Superficie : 119.283 km² (33e)

L’état de Pennsylvanie est spécial. Si spécial d’ailleurs qu’il n’est pas un état, mais un Commonwealth (pour des raisons pratiques, je l’appellerai quand même « état »). Situé au sud de New York City, c’est un grand état d’une importance historique capitale pour les États-Unis. Excepté pour une petite ouverture sur le lac Érié peu significative, la Pennsylvanie est l’unique état sans accès maritime dans la région du Nord-Est. Les premiers Européens à explorer la région furent les Hollandais qui posèrent leurs pieds marins dans le coin au début du 17e siècle. Toutefois, ils n’y sont pas restés, beaucoup plus intéressés qu’ils étaient par la petite île d’une tribu indienne, les Manhattan. Assez étonnamment ce sont les Suédois (et oui) qui ont investi ce qui est aujourd’hui la Pennsylvanie en 1640. On le sait, les Suédois n’ont pas été très enthousiastes dans leur exploration de l’Amérique. D’ailleurs, je dis « on le sait », mais en réalité personne ne sait que les Suédois sont un jour venu en Amérique (je ne le savais pas non plus avant l’écriture de cet article). Quoi qu’il en soit les Suédois ne sont pas restés non plus et en 1664 ce sont les Anglais qui débarquent et prennent possession des environs.

Charles II, le roi anglais de l’époque, ayant une dette envers le patriarche de la famille Penn, se débarrasse de son représentant le plus gênant, son fils William Penn, en lui donnant cette terre dans la colonie en 1682. Willy est plus que ravi, car il était un fervent défenseur de la liberté religieuse. Il peut donc immédiatement mettre en œuvre sa vision d’un état libre, une véritable expérience d’amour fraternel où chacun serait affranchi. C’est évidemment une idée qui n’enthousiasme pas du tout les Anglais (mais alors pas du tout), qui se trouvent donc également enchantés de voir ce personnage loin de la mère patrie. Alors vous pensez certainement que j’exagère un peu sur les motivations de Penn Junior qui peuvent paraître extravagantes. Et bien pas du tout ! Vous allez d’ailleurs voir que cette idée de liberté (notamment de culte) va devenir l’un des fondamentaux de ce que l’on appelle aujourd’hui l’Amérique.

William Penn nomme sa nouvelle terre en l’honneur de son père et comme il n’y avait à l’époque principalement que d’immenses forêts dans la région, il penche pour le nom de Pennsylvania. Soit littéralement les forêts de Penn. C’est simple l’histoire finalement. Pour inciter à l’amour fraternel qui lui est cher, Penn signe un traité de cohabitation pacifique avec les Amérindiens. Ce monde de libertés et de paix, loin des oppressions de l’Europe, attire rapidement de nombreux adeptes, principalement des réfugiés religieux. Les quakers (membre d’une religion, un brin sectaire, issue de l’Église Anglicane et nommée Société des Amis, dont est issu Penn lui-même), les mennonites allemands et suisses puis, plus tard, les catholiques irlandais lors de la crise de la patate et la grande famine qui s’en suivit.

Voilà pour les bases de l’histoire de la Pennsylvanie. La principale ville de l’état sera Philadelphie (qui en grec signifie « amour fraternel » tout simplement). Les mennonites seront les célèbres amish. D’une façon générale la Pennsylvanie deviendra effectivement l’état de la liberté, site de la première capitale des États-Unis libres, abritant le plus grand symbole de la liberté dans le pays, non pas la Statue de la Liberté, mais la Cloche de la Liberté (Liberty Bell). Qu’on se le dise, la Pennsylvanie est la pierre angulaire de l’histoire de l’Amérique et la soif de liberté des Usa, son rôle de défenseur des opprimés, lui vient des idées de William Penn.

On comprend mieux dès lors pourquoi l’état est surnommé le Keystone State (l’état clé). Ce rôle de base idéologique est couplé à un rôle crucial de moteur dans le développement des États-Unis. Les politiciens et les savants ont été rapidement attirés par Philadelphie, ville de la Déclaration d’indépendance et de la Constitution américaine, et y ont largement développé les idées qui ont mené à la Révolution. Plus tard dans l’histoire du pays, la bataille de Gettysburg fut le grand tournant de la Guerre civile. Tous les Américains apprennent ce chapitre de l’histoire de leur pays, symbolisé par la Gettysburg Address, le discours d’Abraham Lincoln ou il évoque pour la première fois l’idée d’un « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». En terme économique, la Pennsylvanie fut une machine économique vitale pour le pays. Pittsburgh était au cours du 19e siècle le plus grand centre de production d’acier dans le monde. C’est toujours aujourd’hui un haut lieu de l’industrie aux Usa.

La Pennsylvanie est dominée par deux grands centres urbains, Pittsburgh et Philadelphie, chacun situé à une extrémité de l’état. Les deux villes sont animées et constituent deux étapes très touristiques (avec bien entendu un avantage pour Philadelphie). Entre les deux cités, l’état est principalement agricole, mais sur des centaines de kilomètres la géographie y est assez variée. De nombreux parcs naturels permettent de découvrir cet état très naturel. On y trouve des paysages de campagnes bucoliques à l’Est, d’immenses forêts sauvages à l’Ouest et les vallées non moins sauvages des montagnes Poconos au Nord-Est.

 

Les régions de l’état

L’état de Pennsylvanie est l’un des plus touristiques du pays. Sa destination principale est la ville historique et fascinante de Philadelphie, mais loin des lumières de la métropole l’état révèle de multiples visages. Depuis longtemps, les Américains considèrent la Pennsylvanie comme une destination phare dans leur pays et la fréquentation touristique y est donc très importante dans les principaux sites.

Philadelphie et sa région : Philadelphie n’est pas la capitale de la Pennsylvanie (ça serait trop facile), mais c’est incontestablement sa ville la plus importante et la plus passionnante. Grande ville chargée d’histoire, Philly (son petit surnom) est également une cité très vivante, régulièrement considérée comme le 6e borough de New York City pour sa vitalité culturelle et son animation. On vient également de loin pour y déguster une spécialité locale très réputée aux Usa, le cheesesteak (un délice). Dans le pays des chaînes et de la standardisation, vous ne trouverez jamais des cheesesteak aussi bons que dans leur ville natale.

Pittsburgh et sa région : Le « H » à la fin de son nom trahit sa valeur historique. Pittsburgh est une vieille ville, autrefois ravagée par l’industrie (dont elle fut l’un des moteurs au niveau mondial), la cité est désormais méconnaissable. Ville multiculturelle, vivante, commerçante et fière, Pittsburgh mérite les heures de route qu’il faut faire pour s’y rendre depuis Philadelphie. Autour de Pittsburgh, les paysages sont très vallonnés et la nature est sauvage.

Le centre de l’état : La Pennsylvanie centrale, traversée du nord au sud par l’imposante rivière Susquehanna, ne possède pas véritablement de grand centre urbain, mais c’est une région très touristique. La capitale de l’état, Harrisburg, est toutefois une excellente base pour découvrir cette région très fréquentée. On y découvre l’empire du chocolat de Hershey, le site historique de Gettysburg au Sud et bien sûr, l’une des régions les plus connues du pays, le Lancaster County, le pays des amish. Au Nord, près de l’état de New York, le paysage est brut notamment autour de Williamsport et du Grand Canyon de Pennsylvanie.

L’Ouest de l’état : L’ouest de la Pennsylvanie est depuis le début de l’histoire occidentale des Usa un point de passage quasi obligé vers les régions de l’Ouest. Cette zone de première importance en termes de commerce fut au centre d’une guerre entre les Anglais et les Français au milieu du 18e siècle. Au 19e siècle, la région est devenue une puissance industrielle avec l’exploitation de ses ressources minières et la création du premier puits de pétrole du monde à Titusville en 1859. Le tourisme et l’activité se concentrent évidemment autour de la métropole de Pittsburgh, mais l’Ouest ne se limite pas à Steel City (la ville de l’acier, le surnom de Pittsburgh). On y trouve de nombreux espaces naturels intéressants comme le Ohiopyle State Park ou encore l’immense forêt très verdoyante et indomptée d’Allegheny. Au sud de Pittsburgh, les amateurs d’architecture se doivent de visiter Fallingwater, le chef d’œuvre du plus grand des architectes américains, Frank Lloyd Wright. Loin de Philadelphie, isolée au nord-ouest de l’état, la ville d’Érié est la seule cité maritime de ce vaste état. C’est déjà le pays des Grands Lacs (en l’occurrence le Lac Érié). Le parc d’état de Presque Isle (remarquez l’ancien nom français) possède un attrait qui surprend les visiteurs avec ses grandes plages de sable et son cadre naturel. Il faut dire que les Grands Lacs portent bien leur nom, car il s’agit de véritables mers intérieures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s