Beacon Hill, Boston, Massachusetts

Beacon Hill Boston Massachusetts

Bien moins connu que le Freedom Trail, le Black Heritage Trail est un autre chemin qui permet de découvrir un pan de l’histoire de Boston. Il sillonne le superbe quartier historique de Beacon Hill sur les traces historiques de la communauté afro-américaine de la ville.

Le Massachusetts fut le premier état américain à déclarer l’esclavage illégal, en 1783. C’était en partie dû à la participation active de la population noire dans la révolution. Aussi la communauté noire de Boston, composée d’hommes libres et d’esclaves échappés du sud, a rapidement grandi, principalement dans les quartiers du North End et de Beacon Hill. Le Black Heritage Trail se concentre sur ce dernier secteur et met en avant les différents lieux importants dans l’histoire noire locale.

Assez paradoxalement, il faut savoir que le quartier de Beacon Hill s’est développé dans le temps pour devenir un quartier très majoritairement blanc et très peu de noirs y résident désormais. Une preuve des inégalités qui caractérisent toujours la société américaine, car Beacon Hill est l’un des quartiers les plus riches de Boston.

Pour suivre intégralement le Black Heritage Trail, le mieux est de se rendre à l’office du tourisme (près des jardins de Boston Common) pour se procurer un plan.

À l’image du Freedom Trail, il est tout à fait possible de commencer le Black Heritage Trail à n’importe quel site, toutefois il débute officiellement à l’Abiel Smith School au 46, Joy Street. Ce modeste édifice en briques rouges, datant de 1835, fut la première école publique de la ville destinée aux noirs libres. L’école en elle-même existait depuis 1798, mais ne disposait pas de bâtiment propre, ce qui fut chose faite ici. L’Abiel Smith School contient aujourd’hui le Museum of African American History qui illustre le mouvement national pour les droits civils ainsi que l’histoire locale de la communauté afro-américaine.

Quelques mètres plus loin l’African Meeting House, au 8 Smith Street, construite en 1806, fut la première église afro-américaine des USA. Un site historique qui a pris le surnom de Black Faneuil Hall (le Faneuil Hall Noir) durant le mouvement pour l’abolition de l’esclavage dans le pays. Un surnom qui vient du Faneuil Hall, autre site historique de Boston (situé sur le Freedom Trail) où les révolutionnaires se rencontraient. C’est également ici que Frederick Douglass, ancien esclave et homme d’État, fit un discours historique pour encourager les noirs à prendre les armes lors de la Guerre civile américaine, opposant les états esclavagistes du Sud (les Confédérés) aux états du Nord (les États-Unis), signant probablement un tournant dans l’issue du conflit et dans l’histoire des Afro-Américains aux USA.

Parmi les populations noires qui s’engagèrent dans la guerre, les volontaires du 54e régiment du Massachusetts sont commémorés par un monument érigé aux abords des jardins de Boston Common (face à l’assemblée de l’état) et qui marque la fin du Black Heritage Trail. Le mémorial décrit le départ du régiment le long de Beacon Street. Cette unité militaire sera décimée lors de la bataille de Fort Wagner (Caroline du Sud) en 1863 ou elle gagnera paradoxalement sa reconnaissance historique. Un événement relaté par le film Glory, avec notamment Denzel Washington et Morgan Freeman.

Entre l’African Meeting House et le Monument du 54e Régiment, le Black Heritage Trail parcourt les rues de Beacon Hill, l’un des secteurs les plus pittoresques de la ville, permettant de découvrir plusieurs autres monuments historiques. Parmi ceux-ci se trouve la Lewis & Harriet Hayden House, au 66 Phillips Street. Les Hayden formaient un couple d’esclaves échappés du Kentucky et qui avaient fait leurs vies à Boston. Avant l’abolition de l’esclavage, leur maison de Boston était devenue l’une des étapes majeures de l’Underground Railroad. La « voie ferrée souterraine » était le nom donné à un réseau de cachettes et de relais permettant aux esclaves de s’enfuir vers les états dit « libres » ou vers le Canada au nord. La maison des Haydens servait donc de refuge aux esclaves en fuite afin qu’ils ne soient pas arrêtés par les chasseurs lancés à leurs poursuites.

Enfin il ne faut pas hésiter à s’écarter du Black Heritage Trail pour se perdre dans les ruelles pavées de Beacon Hill. L’une des rues les plus photogéniques est Acorn Street, qui a des faux airs de Montmartre. Vous êtes à peu près sûr d’y voir un couple de jeunes mariés en train d’y être photographié devant l’emblématique drapeau américain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s