Midtown Manhattan, New York City, NY

New Jersey

Le coeur du coeur de NYC, Midtown Manhattan englobe tout ce qui se trouve entre l’East River et l’Hudson River depuis la 14e rue au sud jusqu’à la 59e rue au nord, à la lisière sud de Central Park. L’adresse la plus glamour et la plus chère de New York, la 5e Avenue, trace une ligne droite au centre de Midtown, presque parallèle à Broadway qui se pare ici de tous ses excès de néons colorés, de foule et de spectacles. La 5e Avenue marque une séparation assez franche entre les deux visages de Midtown. Sur la 5e et à l’est de celle-ci se trouve les immeubles de bureaux, la gare de Grand Central (absolument incontournable), les Nations Unies et les plus célèbres buildings de la ville – l’Empire State Building bien sûr, mais aussi le Chrysler Building et le Rockefeller Center. On y trouve également les secteurs résidentiels de Murray Hill (peu connu des visiteurs) et l’élégant Gramercy Park. Union Square, au sud du quartier, est l’une des places majeures de la ville, comprenant entre autre un marché bio très couru et le flagship (magasin principal) de Barnes&Noble qu’aucun amateur de livres et papeteries ne devrait manquer. L’ambiance est déjà relativement frénétique à toute heure à l’est de la 5e Avenue mais c’est pourtant ce qui est considéré comme la face “calme” de Midtown. Cela ne risque pas de vous sembler si calme que ça pour autant ! Mais là où la fourmilière new-yorkaise prend tout son sens c’est bel et bien dans la partie de Midtown à l’ouest de Fifth Avenue. Au sud Chelsea, quartier gay et artistique, est bordé par le Garment District, sorte de Sentier version Big Apple (et probablement l’un des seuls recoins de Midtown pas toujours très engagent). C’est autour de la 42e rue que se trouve l’oeil du cyclone new-yorkais, le Theater District et ses music-hall. L’un des centre mondiaux de la culture pop, culminant sur la célèbre place de Times Square. Dans les années 90’ le lieu de toutes les débauches et dérives, Times Square est désormais un secteur très sûr et émerveille les touristes par ses écrans publicitaires géants et ses grands magasins ouvert très tard. A l’ouest de Broadway les rues entre la 40e et la 50e forme le quartier de Hell’s Kitchen. Littéralement “la cuisine de l’enfer”, le coin est aujourd’hui fashion et embourgeoisé. Bienvenue dans la marmite new-yorkaise !

Union Square & Madison Square
L’une des places centrales de Manhattan, un passage obligé (à plus forte raison si vous empruntez le métro car c’est un noeud pour les transports). Au sud, la 14e rue marque la limite avec Downtown. Elle va des grands ensembles de l’East Side jusqu’aux entrepôts près de l’Hudson. Au centre de Manhattan elle borde Union Square, lieu de vie incontournable pour les new-yorkais qui viennent prendre l’air et regarder les écureuils dans le petit parc. Je ne plaisante pas avec les écureuils, vous n’en aurez jamais vu autant dans un espace aussi restreint (et aussi urbain). Tous les lundi, mercredi, vendredi et samedi, vous trouverez au nord-ouest de la place un excellent marché fermier et bio. De quoi apprendre en dégustant que New-York n’est pas qu’une mégalopole intimidante mais aussi un état rural où l’on adule les grands espaces et les produits de la nature, comme partout aux Usa.
La partie de Broadway juste au nord de Union Square était autrefois connu sous le nom de Ladie’ Mile pour ses boutiques chics. C’est aujourd’hui un mall grand public à ciel ouvert avec de nombreux magasins de chaînes. La foule et le consumérisme ambiant risque de vous gâcher la vue mais essayer de remarquer l’architecture des façades sculptées, caractéristiques de cette portion du boulevard.
A l’est de Broadway, entre la 20e et la 21e rues, là où Lexington Avenue devient Irving Place, le désordre apparent de Midtown se transforme assez subitement en un lieu paisible et bien ordonné, Gramercy Park. Ce n’est pas un détour à faire car le parc est inaccessible sauf à ceux qui en possède la clé et aux résidents du Gramercy Park Hotel ! Cet ancien marécage asséché en 1831 est l’un des plus beaux parcs de la ville, parfaitement entretenu et… vide bien entendu car c’est un secret réservé à quelques privilégiés.
Accessible à tous, et donc beaucoup plus connu et fréquenté, Madison Square (à ne pas confondre avec le Madison Square Garden qui est une salle de spectacle et qui n’est pas exactement au même endroit, un bon exemple d’humour new-yorkais) est un parc qui est essentiellement remarquable pour sa situation au coeur du chaos urbain et pour le plus célèbre stand de nourriture de rue de NYC : Shake Shack. Ce stand amélioré propose les meilleurs burgers de la ville, les meilleurs milk-shake, les meilleurs frittes, bref le best-of de l’emblématique fast-food américaine. Vous perdrez probablement 1 an d’espérance de vie à chaque repas tant c’est lourd et gras mais vous y reviendrez joyeusement comme des milliers d’autres fanatiques. Certains sont près à attendre des heures pour leur ration, d’autres un peu moins c’est pourquoi Shake Shack a eu la bonne idée d’installer une webcam qui permet de guetter la longueur de la file d’attente et de foncer prendre sa place lorsqu’elle diminue ! Cela dit, webcam ou pas, pluie, neige, soleil, canicule, il y a toujours du monde.
Pendant que vous déguster votre Shake, vous aurez le loisir de regarder autour de vous et même sans être un grand amateur d’architecture vous ne pourrez manquer le building le plus remarquable du quartier, le Flatiron (qui ne se prononce pas “iron” comme dans “nous irons à la pêche” mais bien “iron” comme dans “iron man”, vous voyez). Son nom signifie le “fer à repasser plat”, en rapport à sa drôle de forme très étroite. Construit en 1902, le building à une forme tellement unique qu’il créer des rafales de vent au niveau de la rue, tant et si bien qu’à une époque plus “réservée” la police empêchait les regroupements d’hommes sur la 23e rue pour ne pas qu’ils assistent au spectacle… des jupes de femmes qui se soulèvent !

Chelsea
Chelsea, autour de la 8e avenue entre la 14e et la 23e rue, le quartier possédant la plus grande communauté gay de la ville n’est pas aussi animé qu’on pourrait le penser et n’a certainement pas l’intérêt du Castro de San Francisco. C’est un avis subjectif et cela ne veux pas dire pour autant que c’est un secteur sans attraits. Ainsi on y trouve de nombreuses bonnes galeries d’art (entre la 10e et la 11e Avenue autour de West 24th Street), une portion non négligeable de la superbe High Line (la promenade plantée aménagée en hauteur sur d’anciens rails d’entrepôts) et le magnifique Chelsea Market, un petit mall très classe aménagé dans une ancienne confiserie où l’on trouve aussi bien des produits bio que des livres et des vêtements. Si vous descendez la High Line vers le sud de Manhattan, retournez vous au niveau des escaliers surplombant la 10e Avenue et ne manquez pas d’admirer le tableau urbain très coloré “You and Me”.
Pour l’annecdote il faut savoir que Chelsea a été durant quelques temps le coeur artistique de New-York. De cette période il ne reste rien à part le Chelsea Hotel, qui est un monument de la ville, ne serait-ce que pour son architecture. L’hôtel a vu défiler de nombreuses personnalités elles mêmes mêlées à toutes sortes d’événements. Mark Twain (auteur des Aventures de Tom Sawyer) y a vécu, de même que Tennessee Williams (Un tramway nommé Désir). En 1951, Jack Kerouac y rédige d’une traite sur une machine à écrire le premier jet de son mythique roman Sur la Route. Dans les années 1960 l’hôtel est le repère d’Andy Warhol qui y tourne Chelsea Girls. Toutefois c’est le sulfureux membre du groupe punk les Sex Pistols, Sid Vicious, qui est le plus tragiquement lié à l’hôtel. En 1978 il poignarde sa compagne, Nancy Spungen, dans une des suites, et quelques mois plus tard il y décède d’une overdose.

Garment District
Pas un quartier touristique, ni même véritablement un quartier bien défini, le Garment District est l’équivalent new-yorkais du Sentier parisien. Au nord de Chelsea, entre les 34e et 42e rue, et les 6e et 8e avenues, dans l’ombre de Times Square, le secteur habille les femmes et les enfants de l’amérique toute entière. Plus de la moitié des productions textiles du pays se marchandent dans ce petit périmètre. Bien malin celui qui pourrait le deviner car c’est un monde fermé au public et sans devanture. Toutefois le consommateur peut se réjouir car un temple lui ai tout de même dédié : Macy’s. Au milieu d’autres grands magasins de chaîne, Macy’s régne en maître absolu. Il se positionne comme le plus grand magasin du monde, rien de moins, et je n’irai pas le remettre en question car il semble improbable d’en faire totalement le tour. Le chiffre d’affaire de ce mastodonte est estimé à 5 millions de dollars… par jour. Vous l’avez compris, le Garment District, sous ses airs discrets, est l’un des quartiers les plus démesurés de NYC. Pour vous en convaincre définitivement, laissez la foule de Macy’s derrière vous, et plongez-vous dans la foule du complexe que constitue Penn Station et le Madison Square Garden. Penn Station est le point d’entrée des Bridges & Tunnels (c’est ainsi que l’on surnomment les banlieusards à NYC) à Manhattan. Une foule perpétuelle. Le Madison Square Garden, beaucoup plus intéressant pour le visiteur, abrite plusieurs équipes sportives de la ville, les Rangers (hockey), les Liberty (basket-ball) et surtout les vénérés Knicks (NBA). L’ambiance au Madison Square Garden est un monument de la vie new-yorkaise et la ferveur pour les Knicks est immense. Revers de la médaille, pour certaine grosse affiche les meilleurs places se vendent à des prix indécents (plusieurs milliers, voire dizaines de milliers de dollars). Toutefois en s’y prenant à l’avance et en ne rechignant pas à être mal placé il est toujours possible ou presque d’avoir une place abordable pour un match.
Un peu plus loin il existe un autre monument qui n’a pas d’intérêt touristique mais qui vous laissera totalement ébahis par son gigantisme. C’est la General Post Office, ou Poste Centrale de New-York. Inutile d’y entrer pour acheter des timbres, vous n’en sortiriez jamais !

Empire State Building
Il est si célèbre qu’il mérite bien un petit chapitre à lui seul. C’est certainement l’un des points forts d’une première visite à NYC : la vue sur l’Empire State Building pour la première fois. Il domine Manhattan mais il est surtout visible depuis les ponts (Brooklyn Bridge par exemple) et Midtown. Surplombant la 5e Avenue (au niveau de la 34e rue) du haut de ses 102 étages, l’Empire State Building est le symbole architectural de New-York depuis sa construction en 1931. Après l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center il est redevenu, bien malgré lui, le plus haut immeuble de Big Apple. Pour la petite histoire, Empire State est le surnom de l’état de New-York car chaque état américain est connu par un petit nom affiché fièrement sur les plaques d’immatriculations (entre autre). Le bâtiment ne se visite pas mais l’une des attractions phares de la ville est de monter à son sommet. C’est absolument incontournable, même King Kong l’a fait ! Vous devez le faire aussi. Avant de monter vous passerez par une série de couloirs, l’occasion de jeter un oeil à l’intérieur Art Déco du building. Après avoir passé la sécurité et attendu votre tour pour monter dans l’ascenseur (ce qui en haute saison peut largement excéder une heure même très tard le soir) vous vous retrouverez propulsé au 86e étage avec, oh joie, Manhattan, Brooklyn, le Queens, et le New-Jersey s’étendant comme des immenses maquettes à vos pieds. Le meilleur moment pour monter est le coucher du soleil qui vous réservera un spectacle magique. Inutile de vous dire toutefois que vous ne serez pas les seuls à y avoir pensé !

Times Square, 6th, 7th Avenue
A l’endroit où Broadway rencontre la 42nd Street (l’une des rues les plus intéressantes de Midtown soit dit en passant) se trouve la place mondialement célèbre de Times Square, le carrefour du monde occidental. C’est l’épicentre touristique incontestable de New-York. Aussi détesté par les new-yorkais, pour qui le sport préféré est d’éviter d’y mettre un seul pied au cours de leur vie, qu’adulé par les visiteurs, qui semblent prendre ici toute la mesure de la folie de la ville, Times Square est certes le centre du fameux Theater District autour duquel gravitent les plus grands théâtres de Broadway mais sa renommé lui vient surtout, paradoxe américain, des publicités géantes pour les grandes multinationales du pays (avec toujours dans le lot un pub pour une destination exotique en Floride ou à Hawaii). Du célèbre quotidien New-York Times, la place n’en a plus que le nom, le siège du journal se trouve désormais un peu plus au sud-ouest sur la 8e Avenue. La faute aux années malheureuses du quartier, lorsque Times Square était synonyme de débauche, de violence et de drogue. Difficile d’imaginer aujourd’hui que ce lieu hyper-touristique fût une vraie scène de roman noir. Dans les années 1990 Times Square à subit un véritable lifting et s’est transformée en un univers sécurisé, propre et (dernière nouveauté) piéton. Malgré le côté surfait il est très facile de se laisser emporter par le tourbillon de cette place, symbole ultime de New-York, bien qu’il n’y ai rien d’autre à voir que de gigantesques magasins de chaînes (dont M&M’s World et Toy’r’Us) ouvert jusqu’à 2h du matin même le dimanche.
Au nord de Times Square, le long de la 7e Avenue (angle de la 57e rue), le Carnegie Hall est un monument new-yorkais. Cette immense structure à l’architecture classique est une salle de concert et d’opéra très célèbre. C’est le compositeur Tchaikovsky qui fût invité lors de la soirée d’ouverture. Le Lincoln Center, plus récent, à fait de l’ombre au Carnegie Hall mais son acoustique exceptionnel et sa situation lui assure toujours salle comble à chaque spectacle.
A l’est de la 7e Avenue, la 6e Avenue (logique) est surnommée “l’Avenue des Amériques”, bien qu’aucun new-yorkais ne risquerai sa réputation en appelant l’avenue ainsi et que le seul signe manifeste de ce surnom soit les quelques drapeaux de pays sud-américains que l’on trouve sur certains bâtiments (mais il faut les chercher). La 6e se distingue par sa largeur impressionnante, héritage du métro aérien (le “El” pour Elevated) qui y passait autrefois, aujourd’hui remplacé par le métro sous-terrain. A son époque le El marquait la frontière entre les quartiers chics à l’est et les zones moins respectables de l’ouest. C’est toujours le cas d’une certaine façon aujourd’hui, la 6e formant une limite entre le glamour de la 5e, de Madison et de Park Avenue et les secteurs plus populaires de Times Square et de la 8e Avenue.
Au niveau de la 6e et de la 50e rue, le Radio City Music Hall est l’équivalent américain de l’Olympia. Une salle mythique où tous les artistes rêvent de se produire un jour et quoi que ce ne soit pas la plus grande salle de New-York, pour beaucoup de musiciens c’est l’occasion de prouver qu’ils ont réussi. La façade exterieure est célèbre avec son néon coloré. L’intérieur représente le summum du chic des années 30, une période pour laquelle Big Apple est particulièrement nostalgique. A noter que l’escalier principal comporte le plus grand chandelier du monde et que les décorations originales des toilettes hommes sont désormais exposées au MoMa.

Le long de 42nd Street
La 42e rue est l’une des rues de Manhattan les plus riches en points d’intérêts. On y trouve de nombreux bâtiments publics ou privés reconnus dans tout New-York. Commençons par le bout de la rue à l’est, le long de l’East River. Passé la FDR Drive (le périph’ new-yorkais) se trouve le complexe des Nations Unies. Il faut savoir que vous n’êtes plus ici à New-York ni même aux USA mais sur un territoire international. Le complexe comprend le Secrétariat, l’Assemblée Générale et les salles de conférences indépendantes. Pour qui possède ne serait-ce qu’un infime intérêt en géopolitique c’est incontestablement l’un des sites majeurs de la ville. Il est possible de visiter une partie du complexe mais uniquement lors de tours guidés (ce qui est dans tous les cas plus intéressants). A noter que les tours dépendent bien évidement des événements en cours au moment de votre visite (l’assemblée n’étant pas accessible en cas de réunion des pays). Les expositions présentent les cadeaux des différents pays dont de nombreuses oeuvres d’art.
Quelques blocks plus loin, au croisement de Park Avenue, la stature massive du dôme de Grand Central ne manque pas d’attirer le regard des touristes comme des new-yorkais. C’est très certainement la plus belle gare de tout le pays (même si dans le pays de l’automobile et des voyages en avion le train n’occupe qu’une place secondaire). Le terminal de Grand Central est l’un des monuments emblématiques de la ville. De l’extérieur la taille de la gare est diminuée par les immenses gratte-ciels qui l’entourent mais c’est à l’intérieur que Grand Central révèle toute sa splendeur et son gigantisme. La gare est un dédale de couloirs chics ou l’on trouve de nombreuses boutiques (parfois moins difficile à trouver d’ailleurs que les quais eux-même). Le plus impressionnant est le hall central, un espace immense où se croise tout new-york, surmonté d’un ciel étoilé représentant le ciel des hivers new-yorkais. L’acoustique y est exceptionnelle et deux personnes peuvent se tenir à l’opposé tout en ayant une conversation en chuchotant. Toujours dans la gare le restaurant Oyster Bar (le bar à huîtres) est réputé comme l’un des meilleurs restaurants de la mer dans la ville.
Non loin de Grand Central, au croisement de Lexington Avenue, se dresse le building le plus célèbre de la ville après l’Empire State Building. Il s’agit bien entendu du Chrysler Building, reconnaissable à sa célèbre spirale et à son architecture singulière. C’est un vrai monument, datant des année 1930. Il fût un temps le bâtiment le plus haut du monde. A noter que s’il porte toujours le nom de la marque, la société Chrysler n’occupe plus l’immeuble. Entrez dans le hall pour apprécier les décorations.s
A l’angle de la 5e Avenue, le monument Beaux Arts qui abrite la New York Public Library est un autre site remarquable pour les amateurs d’architecture. Je vous conseil vivement d’entrer dans la library (faux ami qui signifie bibliothèque en anglais) pour en apprécier l’intérieur et l’atmosphère. C’est un lieu particulièrement connu de part ses nombreuses apparitions dans des films ou des séries.

5e Avenue, Madison Avenue, Park Avenue & le MoMa
La 5e Avenue est une avenue mythique depuis que New York City est une ville qui compte. Le simple nom de 5e Avenue, ou Fifth Ave en version originale, est synonyme de la plus grande opulence et de luxe. Quiconque se considère chic se doit de faire son shopping dans les flagships (les magasins principaux) de la 5e, l’idéal consistant à filer ensuite vers l’aéroport pour terminer la journée sur Rodeo Drive à Bervely Hills ! Evidement bon nombre des boutiques de l’avenue sont hors du champs financier d’une grande majorité de visiteurs. Cela ne doit pas occulter le fait que la 5e Avenue est aussi un haut lieu de l’architecture new-yorkaise et que c’est dans tous les cas l’une des plus belles artères de NYC et du monde.
Times Square est sans doutes dans l’oeil du cyclone mais le véritable coeur urbain de New-York pour les new-yorkais se trouve dans l’immense Rockefeller Center. Cet ensemble d’immenses buildings fût construit entre 1932 et 1940 (d’où l’aspect moderne) par John D. Rockefeller, le fils de John D. Senior. Ce dernier est le fondateur de l’ancien empire pétrolier de la Standard Oil, devenu par la suite Esso (une simple déformation des initiales de la Standard) puis ExxonMobil. On estime que John D. Rockefeller Senior est l’homme le plus riche ayant jamais vécu. Peu de personnes savent que le Rockefeller Center compte en réalité 19 immeubles (et non pas 4 comme on pourrait le penser).
Le principal building est le GE Building. C’est le plus grand de tous (le 10e de NYC) et ses proportions sont monumentales (261.000 mètres carrés). La plus grande attraction du GE Building est évidemment la plate-forme d’observation sur le toit, appelée Top of the Rock (littéralement le sommet du Rock’). J’estime que le site est moins romantique que le sommet de l’Empire State Building (qui est incomparable) mais que la vue en elle-même est meilleure notamment parcequ’elle comprend justement l’Empire State Building. La montée en ascenseur est impressionnante et la découverte de NYC à ses pieds lorsque les portes s’ouvrent est un souvenir que l’on oublie pas. Aux pieds de l’immeuble se trouve la Lower Plaza. C’est une place au milieu des buildings dont l’image la plus célèbre est celle de la patinoire qui y est installée chaque hiver aux côtés d’un immense sapin pour Noël. L’accès à la patinoire est payant mais on vous prête une paire de patin avec un petit supplément. Notez tout de même que tout NYC vous regarde et qu’il y a souvent beaucoup de monde (même si elle est paradoxalement moins bondée que la patinoire de Central Park). Sous le Rockefeller Center une vaste galerie commerciale abrite une tonne de boutiques (chaînes et indépendants). N’hésitez pas à ressortir par le hall du GE Building qui est superbe et vaut vraiment le coup d’oeil. On peut notamment y voir deux superbes peintures murales, American Progress et Time signées José Maria Sert. Le building abrite quantité de bureaux dont les plus importants sont ceux de la chaîne de télévision NBC. Les studios de la chaîne se visite en tour (18,50$) mais le mieux reste définitivement d’assister à une émission. Les deux plus renommées sont The Today Show (le matin) et l’incontournable talk-show Late Night with Jimmy Fallon. Les tickets sont gratuits et s’obtiennent à l’entrée. Les places sont très limités et généralement il n’y a plus de tickets après 8h ou 9h du matin. Le Today Show est tourné dans un studio en verre  (le 1A, l’annonce de l’émission étant d’ailleurs “From NBC News, This is Today live from studio 1A in Rockefeller Plaza) au niveau de la 49e rue, il est donc possible de se joindre à la foule qui s’agglutine derrière les vitres. Pour Jimmy Fallon c’est une autre paire de manche mais c’est une des pépites de la culture américaine qui fait souvent le buzz.
Plus au nord de l’avenue, au niveau de la 57e rue, la Trump Tower est le symbole même de l’extravagance chic de la 5e. Surtout rentrez dans le hall pour découvrir dans toute sa splendeur le côté over the top du luxe à l’américaine avec sa grande cascade, son marbre et son air parfumé. La tour comporte 230 appartements aux prix vertigineux.
A l’est de la 5e Avenue il n’y a pas de 4e Avenue (qui n’existe tout simplement pas et qui est en réalité Lexington Avenue) mais une autre avenue fameuse, Madison Avenue. Concrètement, Madison est le quartier ou réside les personnes qui font leur shopping sur la 5e. C’est donc plus où moins la même chose, avec le même type de boutique et la même clientèle mais un peu moins d’animation. Juste à l’est, Park Avenue est dans la même veine que Madison, encore un peu moins animé. C’est une succession de co-op luxueuses (les copropriétés typiques de Manhattan qui font pour certaine des sélections à l’entrée) et d’hôtels 4 étoiles. Parmi ceux-ci on trouve le très connu Waldorf Astoria Hotel, un chef d’oeuvre Art Deco. Park Avenue est coupée en deux par l’imposante et magnifique Grand Central Station mais le plus beau building de Park est incontestablement le MetLife Building (du nom des assurances MetLife) au niveau de la 45e rue.
Au dessus de tous les buildings et de toutes les boutiques, l’attraction star de ce quartier est le mondialement célèbre Museum of Modern Art, communément appelé le MoMa. Il se trouve sur West 53rd Street, entre la 5e et la 6e Avenue. C’est l’un des trois musées majeurs de NYC aux côté du Met et du musée d’histoire naturelle. Le musée d’art moderne de New York offre un collection d’art inégalée de la fin du 19e et du 20e siècle. Parmi les oeuvres phares on trouve les Demoiselles d’Avignon de Picasso, la Nuit Etoilée de Van Gogh et les plus grands travaux d’Andy Warhol. C’est vraiment un musée passionnant qui peut se visiter plusieurs fois. A noter que l’entrée est gratuite tout les vendredi de 16h à 20h mais il y a énormément de monde. En dehors de ces horaires l’entrée coûte 20$.

2 réflexions sur “Midtown Manhattan, New York City, NY

    • C’est une bonne question ! Le MetLife Stadium est sponsorisé par la firme d’assurance MetLife aux USA, qui est certainement la maison mère de Metlife assurance en France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s