Long Island, New York

New Jersey

A la sortie des infinies banlieues de la Grosse Pomme, Long Island déroule plus de 175 kilomètres de prairies verdoyantes et de plages océanes. L’île est largement considérée comme le jardin de NYC et on y vient le plus souvent quelques jours en excursion depuis la ville pour prendre l’air marin. Bon, tout n’est pas idyllique à Long Island et une bonne partie ouest ne ressemble à rien de plus qu’à une ville industrielle en déclin. Long Island commence là ou les boroughs de Brooklyn et du Queens se terminent, et pendant des kilomètres le paysage est toujours celui d’une vaste banlieue avec ses malls et ses fast-food. Il faut aller plus loin vers l’est pour que les constructions commencent à s’éclaircir pour laisser la place à la campagne. Le littoral nord et le littoral sud de Long Island sont particulièrement différents. Le plus sympathique et le plus beau, du moins au premier abord, est le littoral nord. On y trouve d’immenses demeures, propriétés pour la plupart de l’élite de Manhattan qui vient s’y ressourcer. Le littoral sud est une immense plage quasiment sans discontinuité, parsemée de petites stations balnéaires comme Jones Beach et Fire Island. L’ambiance y est beaucoup moins élitiste. Tout au bout, à l’ouest de Long Island, l’île se sépare en deux parties, appelées North Fork et South Fork. Tandis que North Fork est très rurale, South Fork est mieux connue pour sa part sous l’appellation des Hamptons. Ce nom vient des villages du coin qui porte tous le mot Hampton dans leur titre. Les Hamptons sont bien connus pour être la station balnéaire chic par excellence et le lieu où tous les new-yorkais qui comptent (ou qui pensent compter) doivent être vu durant l’été, si possible dans d’immenses villas en bord de plage. Pour les touristes, les Hamptons sont de sympathiques villages de vacances, assez chers certes mais qui méritent vraiment le coup d’oeil.

Infos
En période estivale, Long Island c’est un peu comme le premier jour des soldes, c’est la folie. Les embouteillages colossaux du centre de NYC se téléportent alors sur les routes et autoroutes de l’île. Pas forcément très engageant, le train Long Island Railroad est cela dit le moyen le plus efficace de se rendre sur l’île. Il part de Penn Station, en plein Manhattan, et dessert à peu près tous les recoins de Long Island via une dizaine de routes différentes. Le bémol est qu’il offre beaucoup moins de liberté que la voiture, surtout sur place. Toutefois en plus des embouteillages il faut savoir que le parking est cher voir carrément interdit sauf aux résidents près de nombreuses plages durant l’été.

Littoral sud (South shore)
Longé par l’océan Atlantique, le South Shore (ou littoral sud) est bordé de très belles plages de sable fin et de dunes. Les stations balnéaires sont à peu près toutes les mêmes, les plus populaires étant Long Beach et Jones Beach. On y trouve des motels, des fast-food, des mini-malls et le seul attrait reste toujours invariablement les magnifiques plages. Comme pour beaucoup de stations balnéaires en Amérique vous finirez par vous demander comme cela peut-être à la fois aussi sympathique et aussi nul (voir un brin déprimant). Encore un paradoxe américain. La côte est longé par une longue route, la Ocean Parkway. A l’intérieur de l’île, la route 27 vous conduis jusqu’à une petite ville bien connu des amateurs de film d’horreur puisqu’il s’agit d’Amityville. Pour ceux qui ne connaisse pas, Amityville est un grand succès du film d’épouvante et raconte l’histoire terrifiante d’une maison hantée. Il n’y a rien à dire sur cet endroit, si ce n’est que la maison maléfique qui aurait terrorisé ses habitants est toujours visible aujourd’hui au 108 Ocean Avenue. Si vous vous posez la question c’est toujours une résidence privée… Bonjour l’ambiance le soir d’Halloween !

Fire Island
Une petite île barrière (parallèle à l’île principale), Fire Island (l’île de feu) est le coin le plus agréable du South Shore. Ce n’est ni plus ni moins qu’un NYC miniature à la plage, sans les buildings mais avec la même population mélangée et la même affluence en plein été. L’attrait de l’île se sont son cadre naturel assez préservé et ses plages immenses qui se succèdent le long de l’océan. Chacune possède un caractère propre. Pour le fun je vous met entre parenthèses les quartiers correspondants à New York et je vous laisse seul juge. Ocean Beach (Times Square) est la plus animée, Point O’Woods (Upper East Side) est la plus chic, Cherry Grove et The Pines (Chelsea) sont très fréquentées par les gays et Sunken Forest (East Village) est un doux mélange de tout ça. Attention, ça n’a l’air de rien comme ça mais les différences sont très marquées. Choisissez bien votre plage. Si vous souhaitez venir à Fire Island vous n’avez pas d’autre choix que de vous y rendre par bateau car les seules véhicules autorisés sur l’île sont ceux des locaux. Les ferries partent de Bay Shore, de Sayville et de Patchogue et coûtent dans les 8$ par trajet. La traversée prend entre 25 et 45 minutes selon le point de départ. La pointe ouest de Fire Island est pour sa part accessible en voiture. On accède alors au Robert Moses State Park (belle plage, du même acabit que le reste de l’île) mais évidement adieu solitude, adieu tranquillité…
Dormi à Fire Island en été c’est un peu mettre le feu à son compte en banque car les prix explose et sont parfois multipliés par 6 par rapport à la basse saison. On y trouve une poignée d’hôtels ainsi que quelques restaurants et bars.

Littoral Nord
Le North Shore (littoral nord de Long Island) et sa continuité, la North Fork (partie nord de la pointe est de l’île), sont les régions les moins visitées de Long Island. Le long du North Shore, les paysages sont érodés et plongent dans la mer en de multiples falaises et criques. Ce n’est pas tout à fait “sauvage”  car on y trouve une succession de villes résidentielles mais c’est tout de même beaucoup moins développé que le sud. Pour être honnête cela dit le North Shore n’offre qu’une petite poignée de sites intéressants pour ceux qui ont vraiment du temps. Seuls Greenport et Shelter Island méritent vraiment le détours.
Les autoroutes en provenance de NYC conduisent à travers le Queens (rien de passionnant) jusqu’à la petite ville ultra-chic de Great Neck sur la bien nommée Gold Coast. Il n’y a pour ainsi dire rien à faire ici mais vous reconnaîtrez peut-être le style de l’endroit car il est l’inspiration de la ville imaginaire de West Egg dans le célèbre roman (et film) The Great Gatsby (Gatsby le Magnifique). Pour découvrir l’une des ces grandioses villas direction la ville de Old Westbury aux Old Westbury Gardens. Cette grande et belle demeure qui se visite possède un superbe jardin et quelques oeuvres d’arts.
Un peu plus loin, sur la route côtière vers Oyster Bay, les amateurs d’histoire américaine pourront visiter Sagamore Hill, l’ancienne résidence de repos de Theodore Roosevelt où le 26e président des Usa vécu pendant près de 30 ans. Un petit musée présente le personnage. En continuant le long de la baie de Cold Spring, vous arrivez à Cold Spring Harbor, un ancien village de pécheurs de baleines. Si cette époque (relativement sombre) vous intéresse, vous y visiterez le Whaling Museum.
Après encore environ 70 kilomètres de banlieues tranquilles, de baies et de forêts, le North Shore laisse à la place à la région moins touristique du North Fork. Ici le paysage devient véritablement plus sauvage et rural. Cela rappel parfois les états de Nouvelle Angleterre et les côtes sauvages de l’Atlantique. Greenport est la principale destination du North Fork. A la pointe est de l’île, cette petite ville balnéaire à l’ancienne est le penchant cosy des Hamptons au sud. L’ambiance y est plus familiale et beaucoup moins bling-bling. Cela ne signifie pas pour autant que l’endroit n’est pas bourgeois (style petits b&b, boutiques d’antiquités et restaurants avec cheminées, vous voyez le décor). Les yachts dans le port vous le rappelerons d’ailleurs ! Une sympathique promenade en bois (boardwalk) permet d’en faire le tour. L’une des principales attractions de Greenport est d’être située juste en face de la belle île de Shelter Island, un petit coin de nature assez préservé.

Shelter Island
Située entre le North et le South Fork au milieu d’un pont qui permet de rallier Greenport au nord à Sag Harbor au sud, Shelter Island possède un réseau de petites routes et quelques vieux bâtiments victoriens. On y trouve aussi la Mashomack Nature Preserve, un espace naturel où il est possible de randonner et faire du kayak. Plusieurs B&Bs permettent de passer la nuit sur l’île.

South Fork
Le South Fork est la partie sud de la pointe est de Long Island. On compte assez peu de lieux aux USA qui soient aussi riches et exclusifs que les quelques petites villes du South Fork. Ici on trouve d’immenses demeures cachées dans des parcs gigantesques derrière les dunes de la côte. Les plages sont superbes et les boutiques hors de prix. Ces quelques villes, vous l’aurez compris, se sont les fameux Hamptons. Toute la très haute société de Manhattan (principalement les grandes familles de l’Upper East Side) ne jurent que par les Hamptons pour leurs vacances estivales. Les Hamptons désignent aujourd’hui l’ensemble de cette petite région qui fera criser de panique votre banquier mais en réalité on distingue Southampton et East Hampton (les communes les plus chères) de Sag Harbor (sur la côte nord de South Fork, oui je sais cela devient compliqué mieux vaut regarder une carte) et Montauk. Pour le voyageur, Montauk, à l’est de South Fork, est le meilleur point de chute dans les Hamptons car c’est une ville un peu meilleur marché. Cela dit en été mieux avoir quand même les poches bien profondes, même à Montauk. Ne serai-ce que pour la beauté des plages et pour le côté ultra-exclusif unique en son genre, je dirai que les Hamptons sont à voir mais y passer plusieurs jours se fait aux risques et périls de votre compte en banque !

Les Hamptons
Le coeur du coeur de la richesse outrancière à l’américaine. Cela fait tellement longtemps que Southampton n’a pas entendu parler de pauvreté qu’elle est devenu une ville totalement exclusive, entièrement vouée au dieu argent. On ne peut pas nier qu’il s’agit d’un endroit très clinquant. Ses rues sont bordées de galeries d’art, de bijoux et de vêtements de grandes marques. Toutefois au delà de cette débauche de luxe vous serez toujours surpris de voir à quel point Southampton n’est finalement qu’un petit village assez calme avec une magnifique plage le long de l’Atlantique. Les restaurants et les bed & breakfast de la ville sont évidement chers. Tout à côté, East Hampton est au star system ce que Southampton est au monde de la old money (les grandes familles industrielles et les héritiers). East Hampton est le plus select des village des Hamptons et compte un bon nombre de résidents célèbres (Steven Spielberg par exemple). Les adresses (restaurants et boutiques) sont dans les mêmes gammes de prix qu’à Southampton (c’est à dire cher ou très cher) mais versent un peu moins dans le chic et un peu plus dans le branché. Cela dit la frontière est floue !

Sag Harbor
Au nord de Bridgehampton (le troisième et le moins intéressants des Hamptons), Sag Harbor ne donne pas sur l’océan mais sur la vaste baie (Peconic Bay) qui sépare le South Fork du North Fork. Sag Harbor est une (toute) petite ville, avec un sympathique centre (le long de Main Street). Difficile de croire aujourd’hui que le port de Sag Harbor fût du temps de George Washington le deuxième plus grand port des Usa juste après New-York. La Old Custom House (littéralement l’ancienne maison des douanes) date de cette époque et peut être visitée. Sag Harbor a ensuite connu le destin d’un port de pèche à la baleine mais cette épopée fût très courte. Un petit musée sur Main Street, le Whaling Museum, permet de revivre cette histoire. La ville est au moins aussi agréable que les Hamptons au sud mais elle ne possède pas vraiment de belle plage. De ce fait les hôtels, b&b et restaurants y sont un peu moins chers. On trouve beaucoup d’adresse le long de Main Street. A la sortie nord de la ville, un pont donne accès à l’île très nature de Shelter Island qui est une excursion appréciée.

Montauk
A la pointe extrême est du South Fork, Montauk offre un visage assez différent du reste des Hamptons. A vrai dire à bien des égards la petite ville n’en fait même pas partie. Battue par les vents, longeant une immense plage, Montauk n’est pas chic et ne possède pas le charme de Sag Harbor ou de East Hampton. En réalité Montauk est l’arrière cours des Hamptons, là où la plupart des employés des hôtels et des restaurants résident, dans une ambiance plus simple, plus proche d’une véritable small town america. Ici les restaurants sont meilleurs marché et les bars sont un peu moins classes. En continuant la route après Montauk vous n’irez pas très loin car vous voici au bout du bout de Long Island. Vous êtes au Montauk Point State Park, un vaste espace naturel assez sauvage. La route se fini en cul de sac à un phare qui est le plus ancien de l’état de New York puisqu’il date de 1796. A la belle saison il est possible de faire du camping directement dans le sable au Hither Hills State Park (48$).

One Reply to “Long Island, New York”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s