Best-of USA – Philadelphie

Philadelphie Pennsylvanie Best-of USA Guide Oncle Sam

Situer Philadelphie, Pennsylvanie sur une carte

Avec Boston, Philadelphie est la grande ville la plus historique des États-Unis. C’est le lieu de naissance du pays et la visite de Philly (le surnom de la ville) est indéniablement axée autour des sites qui ont vu se jouer les évènements du passé américain. Parmi ceux-ci, la rédaction de la constitution américaine, la déclaration de l’indépendance ou encore la création du premier congrès et de la première banque. Des pages de l’Histoire qui forgent toujours aujourd’hui l’identité de l’Amérique. C’est dire l’importance de cette ville aux yeux des américains eux-mêmes. Le passé est une chose mais Philadelphie n’est certainement pas une cité figée dans le temps. Longtemps perçue comme une ville sale et dangereuse, c’est désormais une métropole moderne et très animée, souvent considérée comme le 6e borough de New York City. Un qualificatif que les habitants n’apprécient pas toujours car ils considèrent à juste titre que leur métropole est certes proche mais bien différente de la Big Apple (à 2h30 de route). Que l’on aime le shopping, les bons restaurants, les cafés branchés, les musées et les galeries d’art, Philadelphie est une destination très sympathique et pour tout le monde.

Pourquoi c’est un best-of ? Pour les monuments et l’Histoire bien entendu mais aussi pour les spécialités culinaire (dont le fameux cheesesteak), l’animation de la ville (shopping, cafés, restaurants, théâtres), l’atmosphère particulière de Philly, le grand parc urbain de Fairmount et l’immense Museum of Art.

Quand y aller ? Toute l’année. Comme dans toute la région, le climat est assez rude en hiver (neige et froid). En été il fait chaud, voire très chaud et l’air est humide. La fin du printemps et le mois de septembre sont les meilleures saisons. Tout au long de l’année se tiennent différents évènements et festivals qui animent Philadelphie. Le jour de l’indépendance, le 4 juillet, Philly vibre d’animations (feux d’artifices, parades, concerts).

Conseil : La ville est proche de New York City et il est facile de se rendre à Philadelphie depuis cette dernière. De nombreux bus font la liaison pour une bouchée de pain (souvent moins de 15$ A/R). Si vous êtes en vacances à NYC, n’hésitez pas à passer une journée à Philly.

 

Historic Philadelphia

Toute visite de Philadelphie se doit de débuter dans le secteur connu sous le nom d’Independence National Historical Park. Philadelphie fut le berceau des États-Unis et le site du premier gouvernement de la jeune nation. Nulle part dans le pays on ne trouve autant de monuments historiques concentrés sur un seul site. Entièrement rénové, extrêmement populaire, passionnant sur tous les plans, le quartier historique de la ville est surnommé « America’s most historic square mile » (le kilomètre carré le plus historique de l’Amérique), et c’est vrai. On trouve dans le quartier près de 40 bâtiments, musées ou monuments. Pour tout voir il faut prévoir pas mal de temps !

Liberty Bell ★★ – Le véritable symbole de la liberté aux yeux des américains, bien au-delà de la fameuse Statue new-yorkaise. La cloche de Liberty Bell, en elle-même, ne vaut certainement pas un long détour, mais c’est un tel emblème et il existe une telle ferveur autour de cette cloche fêlée qu’il serait impensable de passer par Philadelphie sans la découvrir. Bien souvent, pour les visiteurs étrangers, l’existence même de Liberty Bell est effectivement une découverte. Construite en 1751 en Angleterre, la cloche est entourée de nombreuses légendes. Sa fêlure fait l’objet de plusieurs versions des faits (c’est à priori un ouvrage du temps, tout simplement). Durant la Révolution la cloche à été caché et trimballé comme une relique. Ramenée à Philadelphie, elle sonna le rassemblement des citoyens afin que soit proclamée l’indépendance d’un nouveau pays : les Etats-Unis. En 1846 elle fut sonnée une dernière fois. Elle est restée silencieuse depuis ce jour. Parmi sa riche histoire, la cloche a notamment fait un grand tour du pays en train, telle une rock star, pour que tous les américains puissent la voir au moins une fois. Longtemps située dans Independence Hall, la cloche bénéficie désormais de son propre musée (une exposition sur sa vie et son histoire qui débouche sur la cloche près de laquelle il convient de poser en photo).

Independence Hall ★★★ – Ce petit bâtiment de briques rouges, sobre et surmonté d’un clocher, est l’une des grandes icônes de l’Amérique. C’est ici que les USA sont nés, libres et indépendants. Très certainement l’un des tournants dans l’histoire humaine et qui, au fils des siècles, aura changé la face du monde (parfois pour le meilleur, parfois moins…). Construit à partir de 1732, Independence Hall était à l’origine la chambre de l’état de Pennsylvanie, sous domination britannique. Entre 1775 et 1787, l’Histoire s’emballe et l’Amérique devient indépendante. Elle deviendra une immense et puissante nation. Le bâtiment y gagne son nom d’Independence Hall. C’est dans ces pièces que George Washington fut nommé général de l’armée continentale (future armée américaine), que la déclaration d’indépendance a été signée et que la constitution américaine a été adoptée. Il est possible de voir tous ces documents historiques et de visiter le monument, gratuit et en tour guidé. Il est indispensable de réserver à l’avance un créneau de visite, ce qui est encore plus vrai en haute saison.

Old City

Au nord et à l’est du quartier de l’indépendance, se trouve Old City, la vieille ville de Philadelphie. Le quartier historique est un musée à ciel ouvert, qui n’est plus habité aujourd’hui, mais Old City est toujours un secteur vivant de la ville. A l’époque coloniale déjà, c’était le secteur des entrepôts, des marchands, des tavernes et des quartiers louches. La bonne société, qui vivait au sud à Society Hill, ne s’aventurai que rarement par ici. On y trouve plusieurs sites historiques, dont le lieu où fut crée le drapeau américain. C’est également devenu un quartier branché, un peu l’équivalent de SoHo à New York. L’architecture des constructions, les artistes, les boutiques à la mode et les cafés bohème font le charme de ce secteur.

Betsy Ross House ★★ – On ne sait pas si l’histoire est tout à fait vrai (à priori ce n’est pas le cas), ni si le lieu est tout à fait exact (à priori il ne l’est pas non plus), mais peu importe, en Amérique on considère que c’est dans cette petite maison au 239 Arch Street qu’une certaine Betsy Ross, confectionneuse de drapeau, eu l’idée de la bannière étoilée, le drapeau américain. C’est un bel exemple d’architecture colonial. Aujourd’hui la maison abrite essentiellement un magasin de souvenirs qui décline l’image du drapeau US à toutes les sauces (mêmes les plus farfelues).

Elfreth’s Alley ★★★ – Cette magnifique petite allée, pas si simple à trouver (2nd street entre Arch et Race street), est considérée comme la plus ancienne rue habitée du pays. Les premiers occupants seraient arrivés en 1702. A l’époque coloniale, tout Philadelphie devait ressembler à cette ruelle. Un alignement de petites maisons simples, colorées, habitées par des artisans ou des marins. Un site très photogénique et charmant.

African American Museum ★★ – Depuis toujours Philadelphie est une ville importante pour la communauté afro-américaine. C’était notamment l’une des étapes majeurs de l’Underground Railroad, un système clandestin qui permettait de faire venir les esclaves du sud pour les libérer au nord. Pas étonnant que l’on y trouve donc ce grand musée, l’un des plus réputé du pays sur l’histoire des noirs aux USA.

Society Hill

Aux temps de la Colonie, Society Hill était le quartier bourgeois de la ville. En un sens, cela n’a pas tellement changé et les lieux ont gardé l’architecture des maisons et les rues pavées des débuts. A une époque, Society Hill était presque devenu un ghetto. C’est de l’histoire ancienne. Aujourd’hui c’est un quartier plutôt calme, car surtout résidentiel, mais assurément l’un des plus charmants de la ville. De nombreuses demeures coloniales ont été admirablement conservées et restaurées. Promenades à faire autour de Spruce, Pine, 3rd et 4th street.

Physick House ★★ – Society Hill est un beau quartier mais il s’observe essentiellement depuis la rue. Rare sont les maisons que l’on peut véritablement visiter. La Physick House en fait partie et c’est une chance car c’est l’une des plus belles demeures de Philadelphie, voire du pays tout entier ! Magnifique à l’extérieur, la maison vaut également le détour à l’intérieur. Les jardins qui entoure la maison ont été conservés et plantés de fleurs et d’arbres courant au 19e siècle. Le nom de la demeure vient de Philip Syng Physick, un des précurseurs de la médecine moderne et considéré comme le père de la chirurgie en Amérique. Très beau secteur autour de la maison, avec d’autres belles constructions (mais qui ne se visite pas).

Powel House ★★ – Cette demeure en briques, datant de 1765, est également l’une des plus attrayantes de la ville. Elle a été habitée par Samuel Powel qui a été à la fois le dernier maire de Philadelphie sous la domination britannique, et le premier maire de la ville américaine. Il était d’ailleurs surnommé le ‘maire patriote’. Sauvé de la destruction et admirablement restaurée, la Powel House vaut le détour. On visite la maison en tour guidé.

Penn’s Landing

Comme son nom l’indique, le secteur de Penn’s Landing marque le site ou William Penn a débarqué en 1682 dans le but de fonder une colonie utopique appelée Pennsylvanie. Philadelphie n’a pas vraiment été la ville de l’amour fraternel dont révai son créateur mais c’est une autre histoire. Outre pour l’anecdote historique, l’intérêt de Penn’s Landing réside dans sa promenade le long de la rivière Delaware. On peut y voir l’un des plus grands ports en eau douce du monde, le Moshulu, le plus grand navire 4 mats existant (qui est désormais un restaurant, bienvenue en Amérique) ou encore l’Independence Seaport Museum. C’est avant tout une balade sympa aux beaux jours.

Independence Seaport Museum ★ – Tout, ou presque, comporte le nom Independence à Philadelphie. Ce musée ne fait pas exception mais il n’a pas grand-chose à voir avec l’indépendance du pays. C’est le musée maritime de la ville, dont une bonne partie de l’histoire et une encore plus grande partie de la fortune se sont construites sur l’eau. Nombreux modèles de bateaux qui plairont aux amateurs.

Center City

A l’inverse de presque toutes les villes du pays, le centre financier et commerçant de Philadelphie ne s’appelle pas Downtown mais Center City. C’est le secteur le plus animé de la ville. On y trouve les gratte-ciels, le superbe City Hall (à voir absolument), le très sympathique marché de Reading Terminal et le Pennsylvania Academy of Fine Arts. Center City est également un haut lieu du shopping. Dans sa partie nord, le quartier abrite les rues du Chinatown local.

Chinatown ★ – Moins exotique que son cousin new-yorkais, nettement plus petit et moins frénétique, le Chinatown de Philadelphie n’en demeure pas un quartier dépaysant et riche en boutiques et restaurants asiatiques que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Le quartier est symbolisé par une belle grande arche, logiquement placée sur Arch Street.

Pennsylvania Academy of the Fine Arts ★★ – L’académie des beaux-arts de Pennsylvanie vaut le déplacement, ne serait-ce que pour le batiment en lui-même qui est déjà une œuvre d’art, mélange d’architectures Gothique et Victorienne. Un mélange un peu extravagant et qui ne passe pas inaperçu. L’intérieur est dans le même esprit. Historiquement il s’agit de la première école d’arts du pays (créée en 1805). Les collections sont intéressantes (peintures et sculptures).

Shopping ★★ – Autour de Midtown Village (13th Street), Walnut Street, le mall Shops at Liberty Place ou encore Chestnut Street et bien sûr Market Street (ne pas manquer le magnifique building du grand magasin Macy’s).

City Hall ★★★ – Sans conteste le plus beaux des immeubles de Center City, le City Hall (la mairie) est facilement reconnaissable. D’une part parce qu’il se trouve littéralement au beau milieu de la ville (il coupe Market Street en deux), d’autre part car il abrite une immense colonne surmontée d’une statue de William Penn. Jusqu’en 1987 le City Hall est resté le plus haut building de Philadelphie. Une règle tacite avait jusqu’ici limité la hauteur des autres constructions de la ville. Constitué de 642 pièces (sacré boulot pour l’équipe du ménage !) c’est la plus grande mairie du pays (en un seul immeuble). L’intérieur est aussi impressionnant que l’extérieur, avec certaines parties inspirées de l’architecture de Louvre (on ne se refuse rien !). Outre le décor, l’attrait de la visite se situe dans la plateforme d’observation située au 7e étage, aux pieds de la gigantesque statue de William Penn. Larges panoramas sur la ville. L’ascenseur qui mène au sommet est assez particulier, il est petit (limité à 4 personnes) et ne voyage que toutes les 15 minutes. Claustrophobes s’abstenir.

Reading Terminal Market ★★★ – Assez particulier, on a d’abord l’impression que c’est une gare (c’était le cas auparavant), puis on se perd dans les couloirs et au bout d’une petite porte on débouche sur un vaste marché constitué de stands de restauration et de boutiques. Le paradis du déjeuner, le Reading Terminal Market est à Philadelphie ce que le Chelsea Market est à New York. Il se trouve donc dans le souterrain de l’ancienne gare de Reading et compte près de 75 petits commerces, principalement des snacks et des artisans. On y trouve toutes les spécialités de Philly, dont le célèbre cheesesteak, les hoagies, les pretzels, ainsi que des spécialités du monde (cuisines indienne, thaï, mexicaine etc.). Dans un recoin, il y a également une sélection de stands proposant les productions des agriculteurs du Lancaster County, le Pays Amish. Très sympa.

Rittenhouse Square

L’adresse la plus huppée de Philadelphie est ce vaste square. En réalité c’est un des quartiers de Center City mais l’atmosphère du secteur diffère assez sensiblement des rues et avenues situées plus au nord. Outre pour le shopping ou les restaurants, on y vient pour se promener dans les belles rues de Walnut et Chestnut, dans le square lui-même ou pour visiter le musée Rosenbach. C’est un secteur très animé.

Le quartier ★★★ – Très sympathique et animé. Nombreuses boutiques, cafés et restaurants. De belles rues à parcourir comme la commerçante Walnut Street. Le square de Rittenhouse évoque un parc parisien. Il est bordé par de beaux immeubles, des appartements chics et des hôtels de luxe pour la plupart. A l’origine de la ville, Rittenhouse était un parc qui servait de pâturage pour les vaches et les moutons. Inutile de dire que le paysage a sacrément changé !

Rosenbach Museum & Library ★ – Le long de Delancey Place, cette belle demeure de 1863 accueille un musée plutôt passable (tapis persans et meubles) mais également une fantastique bibliothèque. Pour les amateurs de littérature de collection et de beaux livres. On y trouve notamment le manuscrit original de l’Ulysse de James Joyce, ainsi que de nombreux dessins d’illustrations.

Fairmount Park & les musées

Depuis le City Hall, l’avenue Benjamin Franklin Parkway (du nom de l’enfant chérie de la ville) mène en diagonale vers l’immense Fairmont Park. En chemin on croise plusieurs des grandes institutions culturelles de la ville, dont le temple gréco-romain qui abrite le colossal Philadelphia Museum of Ar, un incontournable. Un peu plus loin, Fairmont Park est donc le poumon vert de Philadelphie. C’est le plus grand parc urbain du monde.

Franklin Institute ★★★ – La très large et verdoyante avenue de Benjamin Franklin Parkway, dessinée par deux architectes français dans les années 1920, passe d’abord devant l’Academy of Natural Sciences, avant de contourner l’immense rond-point de Logan Circle et de longer le Franklin Institute. Ce musée des sciences a été inauguré pour honorer Benjamin Franklin, qui comme vous le constaterez est une star incontournable à Philadelphie. On trouve d’ailleurs dans le musée une immense statue du personnage. Musée passionnant et que je conseille vivement pour ceux qui aiment les sciences.

Rodin Museum ★ – Ce musée dédié au sculpteur français Auguste Rodin, comme son nom l’indique, abrite la plus grande collection d’œuvres de l’artiste en dehors de France. On n’y trouve pas le fameux Penseur (à Paris, au musée Rodin) mais certaine belles pièces comme la monumentale Portes de l’Enfer.

Musée des Arts de Philadelphie ★★★ – A ne pas confondre avec le musée des Beaux-Arts situé un peu plus vers le centre-ville. Le Philadelphia Museum of Art est le plus grand musée de Philly et l’un des meilleurs du pays. Le batiment du musée vaut le déplacement en lui-même. Il est conçu comme un gigantesque temple Grec et l’effet est réellement saisissant. Ça donne envie de voir le Parthénon ! Les collections sont immenses et couvrent tous les domaines artistiques et toutes les périodes. Comme c’est souvent le cas dans les grands musées américains, on retrouve ici des reconstructions entières de sites originaux (qui ont donc été déplacés morceaux par morceaux) comme un temple indien du 16e siècle ou un palais chinois du 17e. A noter que la visite le vendredi est très agréable car elle se termine sur un concert de jazz dans le hall principal. En entrant dans le musée par l’entrée principal il faut gravir un monumental escalier qui évoquera un déjà-vu aux cinéphiles. C’est en effet sur cet escalier que vient s’entraîner le boxeur Rocky.

Fairmount Park ★★★ – Une bonne info pour tous les amateurs de quizz : voici le plus grand parc modelé par l’homme dans une ville du monde. On dit qu’il contient 2 millions d’arbres. Difficile de vérifier (j’avais la flemme de compter) mais une chose est sûre, c’est immense. Le parc s’étire le long des berges de la rivière Schuylkill (inutile de chercher à prononcer ce nom) qui le divise en deux sections, ouest et est. Quelques parties du parc, près des entrées et de la ville, sont très fréquentées par les promeneurs, les joggeurs, les familles, les touristes, un peu tout le monde en réalité. D’autres parties, plus excentrées, sont de vrais recoins de campagnes, avec des prairies, des bois et des collines. De nombreux sentiers parcourent le parc mais sachez que certains sont de vrais petites randonnées. Ville artistique et culturelle, Philadelphie a fait installer près de 200 œuvres d’art à travers le parc, parmi lesquelles des sculptures originales de Rodin. Certains quartiers qui bordent le parc, loin du centre, ne sont pas très fréquentables et l’ambiance dans le parc s’en ressent. En conseil général je dirai que mieux vaut rester près de la rivière. Le parc comporte également le zoo de Philadelphie, plutôt grand.

South Philly

Les quartiers sud de Philadelphie sont constitués de plusieurs secteurs où les ambiances et les populations sont différentes. Outre pour le shopping (dont quelques librairies indépendantes exceptionnelles), on vient à South Philly pour une seule et unique attraction : le cheesesteak. C’est LA spécialité de Philadelphie, un délicieux sandwich à la viande et au fromage fondu que l’on ne trouve qu’ici (du moins dans sa version délicieuse). Les deux adresses les plus connues, où il y a la queue jour et nuit (c’est ouvert 24h/24), sont Gino’s et Pat’s. Vous pourrez essayer les deux car ils sont l’un en face de l’autre à l’angle de 9th Street et de Passyunk Avenue. Une petite mise en garde, étudiez votre commande avant d’arriver au comptoir car si vous réfléchissez trop on vous renvoie à la fin de la file d’attente !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s