Old City, Philadelphie, Pennsylvanie

Philadelphie Old City

Situer ce lieu sur une carte

Le quartier appelé Old City se trouve immédiatement au nord de l’Independence National Historic Park. Il s’agit des plus anciennes rues de la ville de l’amour fraternel, au-dessus de Market street, le long de la rivière Delaware. Tout comme les monuments de l’INHP, les rues et les bâtiments de la vieille ville ont été fréquenté par des grands noms de l’histoire américaine, George Washington ou Benjamin Franklin en tête. C’est l’un des quartiers les plus historiques qu’il est possible de voir dans une grande ville américaine. Dans le pays des gratte-ciels, ce quartier aux faux airs d’Angleterre est forcément étonnant et mérite assurément une visite approfondie. Le quartier s’est récemment transformé avec l’ouverture de nombreux cafés et petits magasins, ce qui le rend d’autant plus sympathique. C’est également un quartier culturel, avec un festival de théâtre expérimental bien connu (le Fringe, on aime ou pas) chaque septembre et plusieurs galeries d’art notamment sur 2nd et 3rd streets.

Comme pour tout ce qui est considéré comme une vieille ville à l’échelle humaine, celle-ci s’organise autour de la plus ancienne obsession des hommes : la religion. La Christ Church est donc le cœur d’Old City. Elle se trouve juste au nord de Market street, sur la 2nd rue. Construite en 1727 elle fut fréquentée par plus ou moins tous les grands noms de l’indépendance et de la Constitution américaine. Le gratin historique des Usa dont on retrouve bon nombre de tombes dans le cimetière de l’église, situé un peu plus loin sur la 5e rue et Arch street. Parmi celle-ci se trouve notamment la tombe, vous l’aurez deviné (si vous avez lu l’ensemble des articles sur Philly), de Benjamin Franklin.

Au détour d’une maison sur Arch Street on tombe sur la Betsy Ross House. C’est un lieu que j’aime beaucoup car il soulève des histoires très intéressantes. Betsy Ross est une femme relativement méconnu en dehors des Etats-Unis mais très célèbre dans son pays car elle est crédité de la création de la bannière étoilée, le drapeau américain. En réalité il s’agit là d’une histoire plutôt floue, à tout point de vue. En effet personne n’est véritablement sûr que ce soit vrai. Ce n’est qu’en 1876, lors du centenaire de l’indépendance, qu’un homme se présentant comme le petit-fils de Betsy Ross aurait revendiqué la création du drapeau par sa grand-mère couturière. Véridique ou pas, les américains et la ville de Philadelphie ont décidé de fermer les yeux sur ce détail et d’honorer comme il se doit la patriotique Betsy Ross. Après tout, il faut bien que quelqu’un ai inventé le drapeau ! Ce dont on est sûr en revanche c’est que Betsy vivait bel et bien au 239 Arch Street. Toutefois, si la Betsy Ross House d’aujourd’hui se trouve bien à la bonne adresse, ce n’était pas la maison où vécu Mrs Ross. En effet au fil du temps la rue fut largement réaménagée et la numérotation modifiée. Le 239 Arch Street d’aujourd’hui ne correspond donc plus au 239 Arch Street du temps de Ross. La maison-musée que l’on peut visiter n’est donc pas la vrai maison de Betsy Ross, qui n’est elle-même peut-être pas la créatrice du drapeau. Peu importe, cela vous permettra d’apprécier cette histoire revu et corrigée, ainsi (et surtout) que de parcourir les rayons du magasin de souvenirs qui compte tous les objets possibles et imaginables pouvant être décoré du drapeau US (c’est-à-dire à peu près tout). Un petit jardin devant la maison permet également de faire une pause au cœur de la vieille ville.

Old City est un quartier photogénique, mais sa partie la plus photographiée est aussi la moins visible. Il s’agit de la toute petite Elfreth’s Alley, une rue pavée située en retrait de 2nd street entre Arch et Race streets. Il s’agit prétendument de la plus vieille rue des Etats-Unis. C’est en réalité peu vraisemblable, cela dit la rue est habitée depuis 1727 ce qui reste historique à l’échelle du pays. En tous cas c’est un recoin véritablement charmant d’Old City. La trentaine de petites maisons qui s’alignent dans cette rue semblent sorti d’un décor de conte.

Old City est un quartier vivant qui se découvre en extérieur, en se baladant, tandis que l’Independence National Park est un musée à ciel ouvert. Toutefois, Old City compte également deux musées qui méritent le détour si les sujets vous intéressent. Il s’agit du National Museum of American Jewish History (sur N. 5th street), qui est dédié à l’histoire de la population juive aux Usa et comprend notamment une synagogue, ainsi que de l’African American Museum in Philadelphia (croisement de 7th street et Arch street). Ce dernier est l’un des meilleurs (si ce n’est le meilleur) musée dédié à la communauté afro-américaine dans le pays. Il retrace l’histoire des immigrants noirs à Philadelphie. C’est un excellent musée qui comprend de nombreux objets ainsi que des films et des photographies.

Penn’s Landing

Immédiatement à l’est de Old City, sur les rives de la rivière Delaware, Penn’s Landing est une section à part de la vieille ville. C’est ici que William Penn, fondateur de Philadelphie et de la Pennsylvanie, arriva d’Angleterre et posa le pied dans la région pour la première fois en 1682. Moins de 100 ans plus tard sa cité de l’amour fraternel allait voir éclore un nouveau pays et un peuple indépendant dont bon nombre de valeurs seront en partie basées sur les siennes. Cela dit, si Penn voyait l’endroit il serait surement très sceptique sur le côté bucolique de sa Pennsylvanie (qui signifie « les forêts de Penn »). En effet on y trouve désormais le port de la ville, immense et très industrialisé.

Le long de la partie sud du port, entre la rivière et l’autoroute I-95, les vieux docks ont été rénové dans le cadre du redéveloppement de Penn’s Landing. Cela inclus notamment l’Independence Seaport Museum (ouvert tous les jours et gratuit le dimanche) ainsi que plusieurs bateaux historiques dont le USS Olympia, un sous-marin de la seconde guerre mondiale, le Becuna (les deux se visitent tous les jours, entrée payante) ainsi que le vieux trois mats Gazela, construit en 1883 (ouvert à la visite un peu au petit bonheur la chance, mais cadre d’un événement bien connu à Philly, le « Haunted Ship », littéralement le bateau hanté, qui se déroule à chaque période d’Halloween).

Tout au long de la rivière on trouve une promenade bordée de petits stand-snacks et de fontaines. Aux beaux jours l’endroit s’anime de concerts en extérieur et de divers festivals.

Depuis Penn’s Landing il est possible d’emprunter un ferry (payant) de la compagnie Riverlink Ferry pour traverser la rivière Delaware (qui sépare comme son nom l’indique si mal la Pennsylvanie du New Jersey) jusqu’à la ville de Camden. Autant vous le dire de suite, Camden est un véritable cas aux Usa. Et dans le mauvais sens du terme ! Cette ville délabrée, très pauvre et particulièrement violente est l’exemple même du revers du rêve américain. Il n’est pas improbable que durant votre séjour aux Etats-Unis vous entendiez parler de Camden car elle fait les choux gras des émissions de télévision consacrées à la police et aux crimes (qui sont particulièrement nombreuses et populaires dans le pays). Régulièrement citée comme l’une des villes les plus dangereuses du pays, il n’est absolument pas conseillé de se balader le nez au vent à Camden. Cependant on y trouve tout de même le New Jersey State Aquarium (ouvert tous les jours, entrée payante). L’aquarium est intéressant pour qui adore les poissons ou pour les enfants mais pour le public lambda c’est un peu à l’image du reste de Camden, pas génial (pour rester poli).

Society Hill

Society Hill désigne une zone résidentielle assez chic située entre les rues Walnut et Lombard, le long de la rivière Delaware juste au sud du quartier historique. Si le quartier est effectivement aujourd’hui le lieu de résidence de la bonne société de Philly, Society Hill doit son nom à ses premiers habitants, les membres de la Free Society of Traders (la société libre des marchands). Ces derniers cohabitaient avec les membres de la Société des Amis (les Quakers) mais les uns et les autres n’avaient absolument pas la même vision des choses. Inutile de préciser que du côté des marchands, l’idée de l’amour fraternel prenait une ampleur beaucoup plus festive que dans l’idéologie très philosophique des Quakers. La fête a été de courte durée et Society Hill est tombé dans un long déclin. Inutile aujourd’hui de chercher une colline dans le quartier car celle-ci fût aplatie dans les années 1970 pour faire place à la construction de deux buildings par l’architecte I.M Pei, les Society Hill Towers. Toutefois le reste du quartier fût restauré pour devenir désormais l’un des plus attrayants de la ville et l’un des plus pittoresques avec ses rues pavées, ses éclairages au gaz et ses superbes maisons Coloniales, Fédérales ou Géorgiennes. Avec une population aisée, le quartier est particulièrement soigné et sa richesse historique est mise en valeur. Malheureusement peu de bâtiments sont ouvert au public, exception faite de la Physick House (sur S. 4th Street, entrée payante, fermeture dimanche et lundi), ancienne propriété du docteur Philip Syng Physick, surnommé le père de la chirurgie américaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s