Sturbridge, Massachusetts

Sturbridge Old Sturbridge Village Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

Le long de la Route 20, à mi-chemin entre les villes de Worcester et de Springfield, la petite cité de Sturbridge accueille le Old Sturbridge Village, un écomusée qui est une reconstruction d’un village de la Nouvelle-Angleterre du 19e siècle.

Au cœur du village se trouve près de quarante bâtiments qui ont été restaurés et déplacés des quatre coins de la région. On peut y voir par exemple une ancienne mairie (Towne House) de style Fédéral, une taverne ou encore des magasins, le tout avec des meubles d’époques.Des guides en costumes jouent divers rôles, marchands, artisans, agriculteurs, pour animer le village. Tout ceci donne une vision un peu idéalisée mais néanmoins réaliste du passé de la région.

Le site naturel en lui-même est très attrayant, et constitue une bonne étape pour découvrir les paysages de cette région paisible du centre de l’état, surnommée la vallée des pionniers.

Nantucket, Massachusetts

Nantucket Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

Population : 16.600

Contrairement à sa grande sœur, Martha’s Vineyard, l’île de Nantucket possède un caractère insulaire beaucoup plus marqué. Ici, on ne voit ni le continent ni d’autres îles et l’impression d’être au milieu de l’océan est donc plus palpable. Plus petite que Martha, Nantucket ne mesure que 22 km de longueur, une enclave de tranquillité absolue, avec une seule petite ville et un village. C’est un petit paradis fait d’étangs miniatures, de plages tranquilles et de champs de myrtilles et de raisins sauvages, parfois ponctué par une maison.

Nantucket n’a pas toujours été le lieu de vacances chic (et très, très chère) qu’elle est aujourd’hui. C’était auparavant l’une des régions les plus peuplées du Massachusetts, en partie car c’était le centre de l’industrie de la pêche à la baleine au début des années 1800. Les vastes demeures historiques des commerçants et des capitaines reflètent la prospérité de cette époque. La tragédie d’un baleinier appelé l’Essex sera à l’origine de l’un des plus grands romans américains, Moby Dick, d’Herman Melville.

La Nantucket Historical Association préserve 11 bâtiments historiques dans la petite ville de Nantucket Town dont la plus ancienne maison de l’île construite en 1686. L’un de ces bâtiments historiques abrite le très intéressant Whaling Museum (broad street), consacré aux baleines et à leur pêche.

La rue principale de Nantucket Town est Main Street. C’est ici que se trouve regroupée une bonne partie des restaurants et des magasins de l’île.

À environ 15 kilomètres de la petite ville, Siasconset est une étape incontournable lors d’une visite de Nantucket. C’est un village de carte postale avec ses ruelles (qui sont en réalité des chemins) et ses petites maisons, la plupart patinées par le temps, mais dûment entretenues et restaurées. On y trouve une magnifique plage de sable fin, Sconset Beach. La balade en vélo entre Nantucket Town et Siasconset est également l’un des musts de l’île.

Pour les amateurs de plage, Nantucket ne manque pas d’attraits. L’une des plus belles est Cisco Beach, sur la côte sud de l’île. Attention, car sur la majorité des plages les courants peuvent rendre la baignade dangereuse et l’eau y est froide même en été.

Martha’s Vineyard, Massachusetts

Martha's Vineyard Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

Population : 2.975

À un peu moins de 45 minutes de bateau depuis le sud de Cape Cod, Martha’s Vineyard est la plus grande des îles du Cape. Cette île de 280 km² combine les charmes d’une station balnéaire chic (l’île est appréciée d’une clientèle riche et célèbre, dont le couple Clinton qui fait figure de fidèles) avec l’immense beauté de son cadre naturel. Évidemment c’est la nature et les possibilités d’activités extérieures qui sont les premiers attraits de l’île, même si en été il faudra y mettre le prix.

Chacune des petites villes de Martha’s Vineyard possède une ambiance assez distincte et une architecture particulière.

La grande majorité des visiteurs arrivent sur l’île en ferry soit dans le village de Oak Bluffs, notable pour ses petites maisons de poupées, soit dans la ville principale de Vineyard Haven (le paradis des vignes, tout un programme !).

Sur la côte est se trouve Edgartown, remarquable pour ses gracieuses demeures du 19e siècle, anciennes propriétés des capitaines de navires et des riches marchands de l’île. À noter que la ville, la plus historique de l’île, est aujourd’hui un haut lieu du tourisme, mais paradoxalement ses plages ont servi de décors au film les « dents de la mer ». Pas d’inquiétude, il n’y a pas de requins dans les eaux de l’océan à cet endroit, enfin, à priori…

La Thomas Cooke House, datée de 1730, abrite la Martha’s Vineyard Historical Society, association chargée de protéger les sites historiques de l’île. La maison en question ne manque pas de charme avec ses meubles anciens et ses nombreux modèles réduits de bateaux.

Depuis Edgardtown, il est possible de prendre un bateau (appelé le On Time Ferry, le « ferry ponctuel », espérons qu’il tienne toujours ses promesses) pour effectuer la très courte traversée (300 mètres) vers la petite île de Chappaquiddick, principalement connue aux USA comme le lieu d’un accident de voiture impliquant le sénateur Edward Kennedy. On y trouve également une belle balade à faire au cœur d’une superbe forêt de pins où a été aménagé un petit jardin japonais très soigné. Plus loin, le phare de Cape Poge domine une immense plage déserte.

La côte ouest de Martha’s Vineyard est plus sauvage et rurale que sa côte est. Cette région bucolique possède un littoral réputé pour ses superbes plages, dont Gay Head Beach qui offre en plus de superbes vues sur les falaises du même nom. Le petit port de pêche de Menemsha et sa longue plage sont également des étapes appréciées. Quelques douces collines où se cachent de vastes villas de rêves forment le paysage à l’intérieur des terres.

Provincetown, Cape Cod, Massachusetts

Provincetown Cape Cod Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

Population : 2.975

Le petit village de pêcheurs de Provincetown (communément appelé P-Town pour faire un peu branché) se trouve à la pointe nord du Cape Cod, dans un cadre naturel magnifique (mais très ensablé). Provincetown est indubitablement la destination incontournable du Cape. C’est un lieu superbe, avec des petites maisons aux charmants jardins alignées le long de ruelles sinueuses. Les artistes et les âmes bohèmes en tous genres afflux à Provincetown depuis longtemps pour profiter de sa lumière naturelle et de ses vastes plages.

Depuis les années 1960, la ville est également un haut lieu du tourisme pour la communauté gay, quoique les visiteurs y soient aujourd’hui très cosmopolites. Durant les mois d’été, la population de Provincetown décuple et forcément le charme de la ville s’en trouve un peu chamboulé (et ses nuits aussi). Si l’aspect commercial y est bien présent, le phénomène des chaînes propre aux USA y est en revanche plutôt discret. De nombreuses boutiques de la rue principale, la bien nommée Commercial Street, n’existe nulle part ailleurs et trahissent les tendances qui animent la ville, écologiste, gay ou bobo.

La politique stricte en matière de développement a permis de conserver le charme de Provincetown et rien ne vient dénaturer le paysage dans ce petit monde balnéaire idéal. Bien que ce soit la foule en été et que l’ambiance s’en ressente, P-Town reste tout de même une étape particulièrement recommandée, où l’histoire, la beauté naturelle et la tolérance règnent sans partage.

L’activité de la ville se concentre le long de Commercial Street qui borde la baie de Cape Cod. La jetée de MacMillan Wharf, au milieu de la rue, est le point de départ des croisières pour l’observation des baleines (en saison) et le lieu de travail des pêcheurs de la ville.

Cité d’artistes, Provincetown compte de nombreuses galeries, la plupart sont légèrement excentrées sur Commercial Street, ainsi que le sympathique Provincetown Art Association and Museum qui expose les œuvres des artistes locaux.

Dans le petit quartier de West End, sur High Pole Hill, se dresse le Pilgrim Monument, une immense structure de granite de 77 mètres de hauteur qui commémore l’arrivée des Pères Pèlerins à Cape Cod (et par la même occasion en Amérique) en 1620. Un point d’observation en haut du monument permet d’avoir une vue panoramique sur le Cape.

La plage est évidemment l’une des grandes attractions de P-Town, mais il faut savoir qu’ici l’océan n’est jamais très chaud et mieux vaut ne pas être trop frileux. La plupart des plages des environs de la ville sont totalement sauvages et nécessitent de passer par les dunes pour y accéder. Herring Cove Beach est l’une des plus accessibles, et donc des plus fréquentées, mais il y a tout de même toujours de l’espace. Mieux vaut se souvenir qu’à cet endroit la mer est traître, comme en témoignent les quelque 3000 épaves ( !) de navires qui reposent dans les fonds face à l’espace sauvage des Province Lands. L’office du tourisme des Province Lands permet de se renseigner sur cet espace superbe fait de dunes et de landes et dispose d’un espace d’observation au milieu des dunes d’où il est parfois possible de voir des baleines.

Cape Cod National Seashore, Massachusetts

Cape Cod National Seashore Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

Après l’afflux touristique des villes du sud du Cape, le Cape Cod National Seashore tombe à point nommé. Cet espace naturel protégé s’étend grosso modo sur toute la façade Atlantique du Cape Cod, entre Chatham au sud et Provincetown au nord. Le parc a été protégé par le président Kennedy lui-même afin de l’épargner d’un éventuel développement touristique trop ambitieux.

Le long de la côte, il est généralement possible de se garer sur le bord de la route (le parking est parfois payant et parfois réservé uniquement aux résidents) puis de traverser les dunes pour découvrir d’infinies étendues de sable battues par les vents du large. Les dunes étant très mobiles à cet endroit, elles sont étroitement surveillées et protégées par un programme de plantations qui permettent de les tenir en place. Ne cueillez aucune plante et n’écrasez rien, cela détruirait une partie de l’écosystème.

C’est sur ces immenses plages océanes que les premiers colons, les Pèlerins du Mayflower, ont débarqués en Amérique. Ils ont survécu quelque temps ici grâce à de l’eau trouvée à Pilgrim Spring et à des grains de maïs (une céréale alors inconnue en Europe) découvert dans une cachette amérindienne à Corn Hill Beach. Ils ont ensuite poursuivi leur route vers Plymouth où ils se sont installés définitivement.

Une route permet d’accéder aux superbes plages de Coast Guard Beach et de Nauset Light Beach où il est possible de se baigner. Une autre belle plage est celle de Head of the Meadow, dont le nom poétique signifie « le bout de la prairie ».

Chatham, Cape Cod, Massachusetts

Chatham Middle Cape Cod Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

La région centrale de Cape Cod (donc grosso modo toute la partie de l’est du Cape entre Chatham et le Cape Cod National Seashore) contient certains des sites les plus beaux et les plus tranquilles de la péninsule. Après le tourisme assez important de l’Upper Cape, la région apparaît comme le « véritable » Cape Cod, un monde de petits villages de pêcheurs et de hameaux plus ou moins indifférents au tourisme répartis le long de routes qui sillonnent la campagne. Le tout évidemment parfaitement entretenu pour un effet des plus charmants. Les destinations principales sont Wellfleet et Chatham, ce dernier étant incontestablement l’un des points forts du Cape.

Le Cape Cod Rail Trail est une ancienne voie de chemin de fer qui a été bitumée entre les villes de Dennis et d’Eastham, passant par les forêts de la région. C’est un bon endroit pour se balader, particulièrement en vélo. Il est possible de louer des vélos à peu près partout.

La principale destination du Mid Cape est le pittoresque village balnéaire de Chatham. Blottie dans sa baie protégée, Chatham est une ville historique pleine de charme avec ses maisons typiques. Il n’y a pas grand-chose à visiter mais c’est une étape très sympathique. On peut y voir l’activité des pêcheurs quand ils rentrent dans le petit port. Le long de la côte il est possible de se balader entre les nombreux phares qui les guident.

Bien évidemment les restaurants de Chatham sont réputés pour leurs produits de la mer et particulièrement pour leurs poissons. Sachez que Chatham est une destination assez chic et que la plupart des hébergements sont hors de prix en haute saison.

Upper Cape Cod, Massachusetts

Upper Cape Cod Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

À la sortie des ponts qui mène au Cape Cod, on débarque directement dans la région de l’Upper Cape (qui correspond en réalité à la partie sud de Cape Cod, contrairement à ce que le nom laisse penser). Étant donné que c’est la partie la plus accessible de Cape Cod, c’est évidemment celle qui a subi le développement touristique le plus important et force est de constater que parfois c’est un peu dommage. Les différentes stations qui émaillent le littoral sud du Cape sont sans exception entourée par un environnement typiquement américain fait de centres commerciaux, de motels et de fast-food. Cela peut parfois rebuter, mais les plages sont belles et dans l’ensemble toute la région est quand même bien sympathique.

Falmouth est la ville la plus au sud et c’est la deuxième cité du Cape avec près de 32.000 habitants. En réalité, Falmouth est un amalgame de petits villages côtiers et abrite pas moins de 14 ports. La ville possède le plus long littoral du Cape et sa plus belle plage est certainement Old-Silver Beach (North Falmouth), réputée pour ses superbes couchers de soleil. Le village balnéaire de Woods Hole se trouve à l’extrémité sud du Cape Cod. Outre de nombreux restaurants, on y trouve le Woods Hole Oceanographic Institution’s exhibit center (sur School Street, près de Little Harbor). Cette fondation pour la recherche océanographique est particulièrement connue pour ses expéditions de recherches sous-marines, et pour cause, en 1986 ses équipes ont retrouvé le Titanic. Une visite recommandée pour les curieux.

Falmouth et Woods Hole comptent parmi les principaux points d’embarquements pour les ferries vers les îles de Martha’s Vineyard et de Nantucket. En été, les ports proposent également de nombreuses croisières à thèmes sur l’océan.

Un peu plus loin sur la route 28, Hyannis est généralement considérée comme la capitale du Cape Cod. C’est le plus grand port du Cape et son principal centre commerçant (bien que ça ne soit pas sa plus grande ville qui est Barnstable). On y trouve également l’aéroport. C’est une ville plus urbaine et qui n’a pas le charme très Nouvelle-Angleterre de Falmouth, mais elle possède une grande notoriété aux USA en tant que ville de vacances du clan Kennedy. Le groupe de villas en bord de mer appelé le Kennedy Compound est toujours la propriété de la célèbre famille et se trouve sur Marchant Avenue à Hyannis Port. La ville abrite fort logiquement un musée consacré au plus célèbre des Kennedy, le président JFK (musée sur Main Street). Il se concentre principalement sur les épisodes de la vie de JFK à Cape Cod.

Hyannis possède également quelques belles plages (dont Craigville Beach qui est la meilleure pour le farniente et Kalmus Beach très réputée pour le windsurf). Pour ceux qui souhaiteraient y faire une étape, on y trouve un bon choix de B&B.

À l’image de Falmouth, Hyannis est également un port d’embarquement pour les îles du large. En tant que petite capitale, on y trouve une plus grande diversité dans les restaurants que dans les autres stations de la côte sud.

Welcome to Cape Cod, Massachusetts

Cape Cod Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

L’un des sites balnéaires les plus réputés (et chers) des États-Unis, Cape Cod est une vaste péninsule en forme de crochet au large du Massachusetts, accessible et traversée par les Routes 6 et 28. On y trouve un magnifique littoral aux plages océanes splendides. Quoiqu’il soit très construit, le Cape garde par endroit des allures de petit paradis océanique et par une belle journée d’été c’est un endroit irrésistible et insouciant. Il n’est pas vraiment surprenant d’apprendre que les principaux sites du Cape soient pleins à craquer en haute saison (qui s’étale beaucoup). Inutile de venir à l’improviste pour un weekend en été car vous ne trouveriez pas une chambre de libre (ou bon marché), même dans un motel pourris. Pour profiter au maximum des beautés de Cape Cod le mieux est de venir en semaine et en dehors de l’été. Septembre est le mois parfait car il y a nettement moins de monde, les prix ont baissés et le climat est idéal (été indien).

Cape Cod doit son nom à l’explorateur anglais Bartholomew Gosnold qui fut le premier à naviguer ici en 1602. Son patronyme vient évidemment des quantités phénoménales de morues (cod en anglais) que Gosnold y pécha. Alors, je vous vois trépignez derrière votre écran en hurlant : mais qui est ce Gosnold qui vient pécher des morues aux USA près de 20 ans avant que les premiers colons ne s’y installent. Figurez-vous qu’il fut le premier européen à explorer la région et qu’il y a nommé de nombreux lieux (par l’exemple l’île de Martha’s Vineyard vient du nom de sa fille, Martha). Pour autant Gosnold est reparti en Angleterre et il ne reviendra fonder une colonie en Amérique (bien plus au sud, en Virginie) qu’après les pèlerins. Ces derniers sont d’ailleurs arrivés au nouveau monde par le Cape Cod avant de s’installer quelques semaines plus tard à Plymouth.

Aujourd’hui les eaux du Cape n’abondent plus vraiment en morues et l’ensemble de son écosystème est considéré comme fragile, au minimum. Le développement touristique est passé par là et inutile de dire qu’il n’a pas forcément fait beaucoup de bien aux dunes et aux marais du Cape.

Le secteur le plus développé se trouve au sud de la péninsule, principalement le long de la route 28 entre Falmouth et Chatham, en passant par le chef-lieu du Cape, la ville de Hyannis. Inutile de dire que la route 28 est digne du périphérique aux heures de pointes en été. C’est la partie du Cape que l’on appelle Upper Cape (même si c’est sa partie basse, pas très logique mais bon…). A certaine saison la route est arpentée par une immense file de véhicule

En se dirigeant vers le nord en direction de l’Outer Cape, c’est ici que le Cape Cod retrouve son image de carte postale. Le Cape Cod National Seashore est un site tout particulièrement splendide qui permet de comprendre l’engouement qui entoure le Cape. Tout au nord, Provincetown est la destination par excellence du Cape. Une petite station balnéaire, très animée en été, au cœur d’une nature intacte. C’est le véritable graal de Cape Cod et il serait dommage de ne pas y aller (ce que font pourtant 90% des visiteurs).

Transports

Il faut savoir que la péninsule du Cape Cod n’est en réalité plus une péninsule mais une île depuis le début du 20e siècle lorsque le canal du Cape a été percé. On accède donc au Cape par le biais de deux énormes ponts, Bourne Bridge (sur la route 28) et Sagamore Bridge (sur la route 6). Aussi gros soient-ils, aucun des ponts ne peut accueillir tout le flot du trafic qui circule ici en haute saison (pire encore le vendredi et le dimanche soir).

La voiture est incontestablement pratique pour circuler sur le Cape mais il est toujours compliqué d’y accéder par la route. Les bus sont nombreux entre le Cape et les grandes villes de la région. Ils n’évitent pas les embouteillages mais au moins ce n’est pas vous qui vous énervez au volant !

Cape Cod est accessible par avion. US Airways dessert l’aéroport de Hyannis depuis NYC et Washington. Cape Air dessert Hyannis et Provincetown depuis Boston (plusieurs rotations chaque jour). La compagnie Jet Blue offre une liaison directe en saison entre NYC et l’île de Nantucket.

Pour se rendre à Provincetown depuis Boston la meilleure solution est de prendre un ferry. Le trajet dure 90 minutes. En voiture cela peut prendre plus de 5 heures…

New Bedford, Massachusetts

New Bedford Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

Population : 95.200

Près de Plymouth, New Bedford est un ancien port de pêche à la baleine qui fut pendant un temps le plus grand du monde. C’est toujours l’un des grands ports de pêche du pays même si bien évidemment les cétacés n’y sont plus au programme. Pourtant ce sont bel et bien les baleines qui amènent quelques visiteurs à New Bedford, principalement car la ville sert de décor de base à l’œuvre d’Herman Melville, Moby Dick. Cela dit curieusement ceci n’est pas du tout exploité par la ville (en dehors de la chapelle de Seamen’s Bethel).

Dans le quartier historique qui englobe le front de mer et une bonne partie de downtown se trouve le New Bedford Whaling Museum. C’est très certainement l’un des meilleurs du genre dans le monde. On peut y voir un squelette très impressionnant de baleine bleue (le plus gros animal n’ayant jamais vécu sur terre, oubliez les dinosaures !), une reproduction d’un navire baleinier et tout ce qui a de près ou de loin un rapport avec les baleines et leur pêche.

Face au musée, la Seamen’s Bethel est une chapelle qui, historiquement, est l’église des pêcheurs (et particulièrement des pêcheurs de baleines en leur temps). Toutefois, la chapelle décrite par Melville dans Moby Dick n’était pas tout à fait la même que celle qui existait réellement à New Bedford. Peu importe, la chapelle fut modifiée pour coller à la description du livre et on y trouve donc un pupitre en forme de proue de bateau… qui est une invention de Melville.

Plymouth, Massachusetts

Plymouth Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

Population : 56.470

À quarante miles (60 km) au sud de Boston, après être sorti difficilement des banlieues de la ville, on arrive à Plymouth, une petite ville surnommée avec beaucoup de nostalgie « America’s Hometown » (le village de l’Amérique). Toutes les villes américaines aiment se donner des surnoms (si possible très pompeux et contenant le plus souvent les mots america, best et world). Pour une fois, ce n’est pas forcément usurpé. Plymouth est effectivement, en un sens, le lieu de naissance de l’Amérique telle que nous la connaissons aujourd’hui. La ville (qui n’est en définitive plus du tout un village) est toute entière vouée à la commémoration de l’arrivée en décembre 1620 des 102 premiers colons venus d’Europe, les fameux Pères Pèlerins.

La visite de Plymouth est donc totalement tournée vers les sites historiques en lien avec ces derniers. Comme lesdits sites qui existent toujours sont au mieux insignifiants, la quasi-totalité des attractions de Plymouth sont des reproductions parfois sans véritables fondements historiques. Il n’empêche, Plymouth est une destination majeure dans la région et une étape très agréable (même si vous allez voir que parfois il y a de quoi en rire).

Près de la mer, un temple très solennel d’inspiration grecque (sic) abrite un petit rocher qui serait à l’emplacement où les pèlerins auraient débarqué pour la première fois sur le sol américain. Soyons honnête, et vous le savez j’aime l’honnêteté autant que j’aime l’Amérique, tout ceci est d’un kitch absolu et flirte allégrement avec les frontières du risible. Le rocher en question est une petite pierre qui si elle n’était pas signalée vous servirait surement à monter dessus pour regarder le paysage. Sur la pierre a été gravée l’année 1620, inscription qui donne la sensation d’avoir été marquée quatre jours avant votre passage. Enfin, on sait que le site a été aménagé en 1741 et que les pèlerins ont passé environ deux mois à Cape Cod avant de venir à Plymouth (ce qui soulève effectivement la question suivante : pourquoi ne considère-t-on pas Cape Cod comme le véritable premier site des colons ? Mystères des USA !). Évidemment, vous comprendrez que le rocher des pèlerins a surtout une valeur symbolique. Aux USA, l’Histoire est souvent une affaire d’émotion et d’héroïsme plus que d’exactitude et nulle part vous ne vous en rendrez mieux compte que dans l’état du Massachusetts.

Deux autres sites racontent la vie des pèlerins et l’épisode historique de leur installation dans le Nouveau Monde. Pour information, aucun des deux sites ne prétend être ni authentique ni historiquement réaliste (eh bien, au moins vous êtes prévenu, de quoi on se plaint).

La réplique du célèbre navire des pèlerins, le Mayflower (la copie s’appelle le Mayflower 2), et la Plimoth Plantation (le nom originel de la ville était Plimoth) à quelques kilomètres au sud de la ville, sont animés par des acteurs en costumes. Chacun joue un rôle défini, un colon, un marin ou un Amérindien. En tant que visiteur vous êtes plus ou moins obligé de prétendre que vous êtes revenu au 17e siècle pour ne pas passer pour un Européen ronchon (car les Américains eux sont totalement dans le rôle). Pas besoin de beaucoup se forcer cela dit, car sous un verni un peu kitch (encore une fois), la plongée dans l’histoire (même trafiquée) est en réalité très bien rendue et le niveau de détails du navire et de la plantation est superbe. Les acteurs jouent le jeu à fond et les deux sites méritent largement la visite (de toute façon, il n’y a rien d’autre à faire à Plymouth !). À noter qu’à la Plantation, l’ensemble des constructions du village des pèlerins et du campement des Amérindiens ont été réalisés en utilisant des techniques traditionnelles, comme à l’époque. C’est à peu près le seul fait historique réaliste.