Rivière Wailua, Kauai – Hawaii

fern grotto kauai hawaii

Emblématique de la côte est et de Kauai en général, la Wailua River serpente entre le littoral et l’arrière-pays à quelques kilomètres au nord de Lihu’e. Elle marque le commencement du littoral de la Coconut Coast. Pour les anciens hawaiiens, les rives fertiles et protégées de la rivière étaient considérées comme sacrées et servaient de demeures aux plus grands chefs de l’île. Un sentier appelé King’s Highway permet de suivre la rivière en allant d’un site religieux à un autre (les heiau), théoriquement jusqu’au mont Wai’ale’ale (mais dans la pratique celui-ci est tout sauf accessible). A une époque la rivière était en fait séparée en deux bras qui coulaient indépendamment jusqu’à l’océan. Aujourd’hui les deux bras existent toujours mais se rejoignent pour ne former qu’un seul chenal sur les derniers kilomètres jusqu’à la mer. Ce bras de rivière recomposée est assez vaste pour être considéré comme la seule rivière navigable de l’archipel. Des bancs de sable à son embouchure empêchent le passage de bateaux venus du large mais il est effectivement possible de naviguer sur la rivière, tout au moins en kayak, ce qui constitue une attraction locale assez prisée.

Concrètement, la partie sud de la rivière est réservée à l’agriculture. Aucune route ni aucune construction ne borde ce bras. Des excursions en bateaux permettent d’accéder à la Fern Grotto (la grotte aux fougères) mais autrement il n’est pas possible d’accéder à cette partie de la rivière. C’est donc la partie nord de la rivière qui est accessible. On y trouve les anciens sites religieux, dont la cocoteraie et le heiau personnel du roi Kaumuali’i, le plus célèbre chef de l’histoire de Kauai.

Quand on évoque la rivière Wailua il est difficile de passer à côté de la Fern Grotto tant cette attraction est omniprésente dans les brochures touristiques à Kauai. C’est assez étonnant car en définitive c’est loin d’être le site le plus inoubliable de l’île. En fait cela est dû à l’héritage des prémices du tourisme lorsqu’il s’agissait plus ou moins du seul site naturel accessible sur l’île. Légèrement en amont de la rivière, cette grotte aux fougères est présentée comme une caverne envahie par la jungle et un lieu hautement romantique. Ce n’est certainement pas aussi romantique que cela et les dégâts causés par les cyclones (entre autre) ont abîmés la grotte. Toutefois, pour une expérience hawaiienne gentiment kitch, rien de tel que cette promenade en bateau jusqu’à la Fern Grotto. Les tours organisés en bateaux sont par ailleurs le seul moyen de s’y rendre, en dehors de la navigation en kayak bien sûr. Il faut compter 1h30 environ pour faire le tour.

Les tours remontent d’abord la rivière, ce qui laisse le temps aux guides de détailler quelques légendes locales. Dans l’absolu il n’y a pas grand-chose d’autre à faire car les paysages sont assez peu remarquables, même si le cadre est sauvage. Une fois débarqué, il faut marcher sur un court sentier pavé avant d’arriver à la grotte. On ne peut pas dire que ce soit spectaculaire mais c’est indéniablement un bel endroit, parfaitement aménagé de surcroît et donc accessible à tous. Généralement, le tour inclus un petit groupe de musiciens qui viennent agrémenter la visite de quelques notes d’ukulélé.

La compagnie qui gère les tours possède également un petit parc à thème situé à la marina de Wailua, le Smith’s Tropical Paradise. C’est un jardin tropical que l’on peut explorer et qui accueille un lu’au le soir (festin traditionnel doublé d’un spectacle). Bien entendu, c’est tout aussi kitch que les tours en bateau mais là encore, ce n’est pas inintéressant pour autant.

Dans un registre plus authentique, il ne reste que peu de sites sacrés et religieux qui se trouvaient autrefois le long de la rivière Wailua et qui dépassent aujourd’hui le stade d’amas de pierres. Aucun de ces lieux n’est véritablement ouvert au tourisme, sans y être fermé non plus. Libre à chacun de chercher les sites puis de découvrir leur histoire grâce à quelques panneaux explicatifs, quand ils existent bien sûr. Quoiqu’il en soit, la King’s Highway ne désigne pas une route mais le chemin qui relie l’ensemble de ces sites. Comme indiqué, même le plus grand des heiau (temple), le Malae Heiau, ne vous évoquera sans doute rien de plus qu’un muret de pierres. Attention toutefois à ne rien déplacer, c’est tabou (ou kapu). Parmi les curiosités du chemin, on peut voir les pierres de naissances (Birthing Stones) sur lesquelles tous les grands chefs de Kauai sont nés. Dans la pratique, on est censé pouvoir remonter la King’s Highway jusqu’aux sites se trouvant sur le mont Wai’ale’ale. Dans la théorie c’est une expédition réservée uniquement aux bons marcheurs.

L’étape la plus intéressante du chemin, du moins parmi les sites assez facile d’accès, sont certainement les chutes d’Opaeka’a. Au cœur d’une végétation dense, les chutes tombent dans un bassin et forment un paysage attrayant. Un point de vue aménagé avec un parking permet d’apprécier le lieu. Tout comme pour les chutes de Wailua, inutile de vouloir se rapprocher des chutes car l’accès est dangereux et là encore des accidents ont eu lieux.

Passé les chutes d’Opaeka’à, le King’s Highway devient nettement plus sauvage et donne accès à des régions très reculées de l’île dont l’accès est difficile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s