Orlando & les parcs d’attractions, Disneyworld, Universal Studios, Floride

Tous les habitants de la ville d’Orlando ne s’habillent pas en costume de Mickey ou de princesse pour aller au travail, mais nul doute que le pourcentage de ceux qui le font est effectivement l’un des plus élevés du monde. La faute à Walt Disney, et à sa vision d’un monde enchanté qui a pris place dans les vergers de citronniers et d’orangers qui entouraient autrefois la petite ville d’Orlando. Rien ne prédisposait particulièrement Orlando à un tel destin, mais ses terres bons marchés et facilement constructibles (la région est totalement plate) en ont décidé autrement. Désormais, la ville est surtout synonyme de parcs d’attractions. A la suite de Disney, d’autres sont venus s’installer, créant l’une des plus grandes destinations touristiques du monde, royaume des loisirs et du carton-pâte.

Beaucoup de visiteurs sont surpris de découvrir qu’Orlando est devenu une petite métropole, avec sa poignée de gratte-ciel et un petit centre assez sympathique (le long d’Orange Avenue, musées, jardins, restaurants). Ceux qui viennent jeter un œil à Downtown Orlando sont toutefois les plus curieux des voyageurs. La grande majorité d’entre eux en effet ne quitte pas les parcs d’attractions qui forment incontestablement l’attraction première de la ville.

Les parcs s’organisent autour d’International Drive, une grande avenue parallèle à l’autoroute 4, et qui est déjà en elle-même un parc à thèmes. Nombreux restaurants à thèmes, hôtels à thèmes et attractions indépendantes (à thèmes, évidemment). Parmi ces dernières les plus fréquentées sont Titanic et Holy Land Experience. Tout est très touristique et totalement superficiel (mais c’est ce qui en fait l’amusement), aussi mieux vaut ne pas être frileux à l’idée de manger dans un buffet à volonté, avec des serveurs déguisés en pirates, avant d’aller arpenter une reproduction de l’ancienne Jérusalem pour finir la journée dans une réplique du Titanic.

Les parcs eux-mêmes constituent donc le clou du spectacle et peuvent aisément remplir plusieurs semaines de séjour si on les explore tous. Walt Disney World est le plus connu et le plus fréquenté. C’est le plus grand parc d’attractions du monde. Il comprend le Magic Kingdom original (château de Cendrillon, Space Mountain, le train de la mine), Epcot (un parc à l’allure futuro-kitch, axé sur la science et les technologies mais surtout célèbre pour ses pavillons du monde où il est possible de découvrir 11 pays à travers leurs clichés, et de goûter leurs cuisines), Hollywood Studios (visite de faux studios de cinéma, animation, montagnes russes et la tour de la terreur), Animal Kingdom (moitié zoo et moitié attraction, reproduction de la savane africaine avec possibilité de safari, tigres d’Asie dans le Maharajah Jungle Trek, forêt de gorilles, et même une partie consacré aux dinosaures), deux parcs aquatiques, Blizzard Beach (basé sur le scénario qu’un homme d’affaire a voulu construire une station de ski en Floride et que tout commence à fondre) et Typhoon Lagoon (avec son récif et une immense piscine à vagues), et enfin Downtown Disney qui est une petite ville de restaurants, bars, et shopping.

Grand concurrent de Disney World, Universal Orlando comprend également plusieurs parcs, tout aussi fréquentés. Universal Studios est le parc principal, reproduction des studios du géant du cinéma hollywoodien avec de nombreuses attractions (Shrek 4D, les Simpsons, Disaster, une simulation de tremblement de terre dans un métro, ou encore le Retour de la Momie, seul montagne russe du parc). A ses côtés on trouve Islands of Adventure, qui offre toujours plus d’attractions (Spiderman, Jurassic Park, le monde d’Harry Potter, Dueling Dragons, une montagne russe terrifiante ou deux parcours se croise à quelques centimètres près). Enfin, Universal propose également l’équivalent du Downtown Disney pour le shopping, les restaurants et les sorties avec son CityWalk, plus orienté vers les adultes.

Autres grands parcs, SeaWorld et Discovery Cove. Le premier est un parc marin, avec spectacles d’orques, ours polaires, et même des baleines. Il compte également des attractions comme Wild Arctic qui propose de prendre place dans un hélicoptère pris dans un blizzard polaire. Le second est une station balnéaire tropicale (qui n’accepte que 1000 visiteurs par jour), avec ses oiseaux colorés, son récif et bien sûr ses plages de sable fin où l’on peut même nager avec les dauphins. Le prix d’entrée de Discovery Cove est très élevé (près de 200$, 300$ avec les dauphins) mais il comprend une journée à SeaWorld, le déjeuner et tout l’équipement pour la plage.

L’offre d’Orlando n’est pas finie car d’autres parcs plus petits (dont d’autres parcs aquatiques comme Wet ‘n Wild ou Aquatica) et des attractions ou musées de loisirs divers et variés viennent compléter le lot.

Très anecdotique, ceux qui sont curieux de voir à quoi pourrait ressembler une vraie ville construite par Disney pourront faire un tour en voiture à Celebration, au sud d’International Drive.

Peu de visiteurs viennent à Orlando pour autre chose que les parcs, mais explorer les environs de la ville est un excellent moyen de revenir sur terre et surtout de découvrir la belle campagne du centre de la Floride et ses innombrables lacs. Plusieurs parcs naturels sont des destinations appréciables, dont le Salt Springs Recreation Area (baignade en eaux douces, randonnée, kayak, camping), l’Ichetucknee Springs State Park (« flottage » sur une rivière à loutres au milieu d’une belle nature, le flottage est une spécialité typiquement américaine) ou encore le De Leon Springs State Recreation Area (baignade, canoé, kayak).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s