Point Loma & les Plages, San Diego, Californie

Mission Beach Californie San Diego

Situer ce lieu sur une carte

Quand on pense San Diego on pense plages, immanquablement (surtout pour les américains eux-mêmes). Nous y voici justement. Ahhh… les plages du sud californien… tout un poème voué au surf, au sable blond, aux embruns, aux couchers de soleil et au dieu océan Pacifique (qui, dois-je le rappeler, fut nommé ainsi comme une bonne vieille blague de marins car il n’a rien de pacifique).

Au nord-ouest de Downtown, à une dizaine de kilomètres à peine, on pénètre donc via Ocean Beach dans le domaine balnéaire de San Diego, une matière dans laquelle la cité excelle. Ocean Beach, ou OB pour faire branché, a longtemps été le repère des Hell’s Angels, un gang de motards, pas vraiment les gendres idéaux. Aujourd’hui la ville est assagie et touristique. Une station balnéaire pur jus, où le but est de se détendre et de s’amuser. Derrière le vernis des rues tranquilles et des petites boutiques modernes, on retrouve tout de même le côté funky de ce passé un peu voyou. Les surfeurs fauchés mais voyageurs, et les bars et boutiques qui s’occupent d’eux (et de leurs quelques dollars) se trouvent autour de Newport Street, tandis que vers Voltaire Street on découvre des boutiques plus branchés (et chères). Le cœur d’Ocean Beach reste bien évidemment sa grande et belle plage, très animée en haute saison et les weekends (ambiance festive). Au milieu trône une très longue jetée, un classique des plages californiennes. Au sud de la jetée, le site de Sunset Cliffs offre un superbe panorama sur le coucher de soleil et l’océan.

Immédiatement au sud d’Ocean Beach, la péninsule verdoyante de Point Loma est souvent boudée par les visiteurs. Il faut y aller dans le but… d’y aller (c’est une péninsule) mais cela vaut le déplacement, notamment pour le Cabrillo National Monument (ouvert tous les jours, entrée payante) qui signale le lieu ou Juan Cabrillo et sa fine équipe de matelots ont débarqué pour la première fois de l’histoire européenne en Californie, en 1542. Ils ne sont pas restés, dommage pour eux. Comme c’est un site en hauteur, l’intérêt principal, outre les paysages, ce sont les vues que l’on a sur la baie de San Diego, Downtown et tout au sud, le Mexique. On peut également y observer la migration des baleines entre novembre et mars quand elles prennent la route (si l’on peut dire) vers leurs quartiers d’hiver en Basse Californie. Le visitor center fourni toutes les informations à ce sujet. Il se trouve près du phare d’Old Point Loma, qui se visite gratuitement d’ailleurs.

Au nord d’Ocean Beach, on est à Mission Bay, le cœur balnéaire de San Diego. C’était à l’origine une région de marais à l’embouchure de la rivière San Diego qui a été transformé en un réseau de parcs, de plages et d’îlots.

L’attraction majeure de Mission Bay, et de San Diego tout simplement, c’est SeaWorld. Jouons franc jeu (voulez-vous ?), à mon humble avis, SeaWorld ce n’est pas le top. Non pas que le parc soit mauvais. Il est même excellent. C’est le plus grand du genre, un parc aquatique où des animaux exceptionnels se produisent en spectacle (orques, dauphins) et agrémenté d’un zoo (requins, ours polaires ?!) et de quelques attractions classiques (style toboggans). Non, en réalité c’est plutôt le concept en lui-même qui fait réfléchir. Sur Oncle Sam j’essaye toujours de rester objectif (et rassurez-vous, je n’en veux à personne d’aller à SeaWorld) mais il faut savoir qu’un orque qui vit dans un petit bassin et qui fait coucou de la nageoire au public trois fois par jours, c’est tout sauf un orque heureux. (Entrée payante et très chère, là c’est objectif ; ouvert tous les jours, toute l’année).

Sur le littoral de Mission Bay, la plage de Misson Beach est la principale destination balnéaire de la ville. Avec son extension au nord, Pacific Beach, elles forment une grande station peuplée de surfeurs, de skateurs (souvent les mêmes), de fêtards (toujours les mêmes), de poseurs, de joggeurs, de couples, de familles, d’américains, de mexicains, bref de tout un monde. C’est une destination très sympathique, qui sent les vacances à plein nez. Le front de mer et les rues adjacentes sont animés de nombreux bars, boutiques et restaurants. Le littoral est longé par une agréable promenade, l’Ocean Front Walk. Au sud de la promenade, le parc de Belmont est une ancienne fête foraine, aujourd’hui rénovée, qui compte plusieurs attractions à sensations dont le Giant Dipper, l’une des plus vieilles montagnes russes du monde. L’attraction phare de Mission et Pacific Beaches s’est évidemment l’immense et superbe plage le long de l’océan Pacifique. Certaines portions sont réservées aux surfeurs (très en force dans la région) mais il y a largement de quoi faire également pour les nageurs. Attention l’eau n’est jamais très chaude (et oui, ça c’est un mythe californien). Pour trouver les meilleurs restaurants, mieux vaut se rendre à Pacific Beach, qui est également le secteur prisé des fêtards.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s