Selma, Alabama

New Jersey

Situer Selma, Alabama sur une carte

Population : 20.760

Petite ville marchande sans prétention mais assez pittoresque située à 50 miles à l’ouest de Montgomery, Selma est devenu au début des années 1960 le point de convergence de la lutte pour les droits civiques. Comme pour toute la région (et tout l’état finalement) c’est ici aussi ce chapitre historique qui définit la ville. Les manifestations, les rassemblements et les tentatives de s’enregistrer pour voter de la communauté noire était sans cesse écrasées par des violences policières. L’assassinat d’un manifestant noir par un policier d’état (les state trooper) précipita l’organisation d’une grande marche depuis Selma jusqu’à Montgomery. Les traces de cette marche historique se retrouve sans cesse aujourd’hui dans le slogan « the march continues » (la marche continue) que vous verrez très régulièrement sur tous les monuments ou musées liés à la lutte pour les droits civiques dans le pays. Ainsi le 7 mars (qui se dit également march en anglais) 1965, 600 manifestants prennent la route de Montgomery.

Le jour est connu sous le nom de « Bloody Sunday » (le dimanche sanglant). Tandis que les manifestants arrivent sur l’étroit Edmund Pettus Bridge sur la rivière Alabama (soit environ 300 mètres après le départ) la police tire à la bombe lacrymogène et frappe la foule paniquée. Deux jours plus tard Martin Luther King organise une marche symbolique de 300 mètres jusqu’au pont. En parallèle il fait la demande officielle pour une manifestation jusqu’à Montgomery sous la protection de la justice. Le 21 mars la manifestation débute avec 3.000 personnes. Elle se termine au capitole de Montgomery 4 jours plus tard avec près de 25.000 personnes.

Largement relayé par les medias, cette épisode fait déborder le vase et mène les hautes autorités américaines à valider le Voting Rights Act le 6 août 1965. Cette loi toujours fondamentale (tout comme le Civil Rights Act) dans la société américaine garantie le droit de vote pour tous les citoyens américains sans distinction (ce qui n’était absolument pas le cas auparavant).

L’histoire complète, détaillé et passionnante de la marche est détaillée au National Voting Rights Museum situé tout près du pont du Water Avenue (ouvert tous les jours sauf dimanche, entrée 4$). En remontant depuis le musée dans un quartier peu attrayant le long de Martin Luther King Street on trouve la Brown Chapel AME Church, une église de briques rouges qui fût le quartier général du mouvement de lutte de 1965. Cependant il n’y a rien de particulier à voir.

Comme dans toutes les villes de la région (vous l’avez sans doute remarqué), l’ambiguïté sur le passé est toujours palpable. Selma ne déroge pas à la règle car aux côtés des sites historiques de la lutte pour les droits civiques on y trouvent également un mémorial dédié à Nathan Bedford Forest. Né en 1821 à Chapel Hill, Tennessee (mort en 1872), Forest était connu sous le nom de Devil Forest (Forest le diable). Il fût général pour l’armée des Confédérés durant la Guerre Civile. Toutefois il était aussi un marchand d’esclave redouté. Tout cela devient plus sombre encore car de nombreuses sources concordent à faire de Forest le « Grand Magicien » de l’organisation violente et terroriste du Ku Klux Klan, autrement dit son plus grand leader. Quoi que reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes tout court (et doté dans tous les cas d’une moralité très relative) sa mémoire est honorée dans plusieurs endroits du sud-est dont ici à Selma au cimetière de Old Live Oak (où il n’est pas enterré). Le monument, régulièrement saccagé, est toujours reconstruit… Voilà qui vous donne un bon aperçu du fil historique sur lequel se trouve l’ancienne Black Belt américaine.

Infos. En dehors de son attrait historique, Selma est aussi une petite ville qui mérite une visite en elle-même. Ses rues principales (downtown), Broad Street et Water Avenue sont bordées de bâtiments historiques (dans le style pionnier aussi appelé frontier, à mi-chemin entre le far-west et le grand sud) et de boutiques et cafés indépendants. Un centre-ville sympathique et assez animé. Non loin se trouve le quartier historique de Selma avec ses vieilles demeures typique du sud (de style antebellum, ce qui signifie antérieur à la guerre civile et dont les exemples les plus célèbres se trouvent à la Nouvelle-Orléans).

Le visitor center se trouve sur Broad Street au nord. Il possède une vaste documentation sur la ville et son histoire ainsi que les sites à visiter (il en existe d’autres que je ne passe pas en revue ici). Pour vous rendre à Selma et vous y déplacer la voiture est indispensable (je ne saurai même pas dire comment on fait autrement quoiqu’il existe un service de bus avec Montgomery). Se loger à Selma dans downtown est cher mais les hôtels sont souvent de charme (le plus connu est le St James). En dehors du centre on trouve sans problème quelques motels ou hôtels de chaînes notamment le long de la route US-80. Dans downtown les restaurants servent beaucoup de soul-food (cuisine noire américaine assez grasse mais délicieuse très typique du sud-est). Ne soyez pas surpris de trouver ici et là des drapeaux confédérés (ou autres souvenirs un peu limites…) dans les décorations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s