Salem, Massachusetts

Salem Massachusetts

Situer ce lieu sur une carte

Population : 41.340

La petite ville de Salem, à une bonne vingtaine de kilomètres au nord de Boston, est une excursion à la journée très prisée des visiteurs. Il faut dire que la cité est historique et particulière à plus d’un titre. Fondée en 1626 par l’un des groupes de pêcheurs faisant partie des premiers colons américains, Salem doit son nom à l’antique Jérusalem (et à l’hébreu shalom qui signifie « paix »). Les colons voyaient ici le site parfait pour y établir la capitale de leur futur pays.

Salem est donc un site historique majeur dans l’histoire de peuplement de l’Amérique par les Européens, toutefois l’évènement marquant de la ville n’a pas grand-chose à voir avec cela. Il prend place environ soixante ans plus tard en 1692 lors du Procès des Sorcières de Salem, lorsque la rigidité puritaine atteindra son apogée absolu.

Si l’on connait généralement le nom de Salem et l’existence de ces sorcières en Europe, le fond de cette histoire, plutôt horrible, est bien souvent totalement inconnu. Le procès des sorcières de Salem est pourtant l’évènement historique principal de ce que l’on pourrait qualifier de Moyen-Age des USA. Il est emblématique de la paranoïa puritaine de l’époque et surtout de la peur induite par la religion parmi la communauté. Une peur que l’on retrouve encore presque intacte aujourd’hui dans bon nombre de régions américaines.

L’histoire commence dans le village de Danvers (à l’époque appelé Salem Village) durant l’hiver au début de l’année 1692. À ce moment, les deux filles d’un révérend, Betty Parris et Abigail Williams, sont diagnostiquées comme possédées par le diable tandis qu’elles sont victimes d’agissements étranges. Évidemment, tout ceci repose sur des faits très douteux et des explications qui ne le sont pas moins. Le plus étrange des agissements des deux filles aurait été qu’elle s’était mise subitement à parler une langue inconnue. Plus étrange encore, d’autres filles sont rapidement victimes des mêmes agissements. Sous la pression populaire, elles sont rapidement contraintes à parler et à donner les noms des « sorcières » qui les auraient envoutées. Il est à peu près certain que tout ceci était dû à la pression religieuse qui existait à l’époque et probablement à l’ergotisme (une maladie très répandue à cette époque due à la culture du seigle et dont les symptômes se rapprochent de la consommation de LSD). Les noms donnés sont donc ceux des personnes marginales, ou perçues comme telles.

Salem tombe dans l’hystérie générale. La chasse aux sorcières est totale et l’activité de la ville sombre complètement. Durant l’été 1692, 19 des personnes arrêtées pour sorcellerie sont condamnées à mort. De nombreuses personnes s’enfuient vers le sud, d’autres deviennent totalement folles. L’épisode des sorcières de Salem est toujours difficilement explicable aujourd’hui, les historiens n’étant pas tout à fait certains des tenants et aboutissants de l’évènement.

Désormais, il ne reste principalement que deux choses de cette histoire. Tout d’abord le principe de liberté religieuse quasi totale aux USA, qui est l’un des principes fondateurs du pays. Ensuite, la ville de Salem en elle-même (qui est le lieu du procès et non des évènements).

Le fait qu’un évènement aussi glauque soit aujourd’hui à la source d’une industrie touristique florissante, principalement tournée vers les enfants (Salem ne manque pas de magasins de chapeaux de sorcières et de balais volants), est pour le moins discutable. Toutefois, Salem est aussi une belle ville historique et constitue une étape agréable.

Pour ce qui est des sorcières, la ville abonde en attractions dont l’intérêt est très limité et souvent d’un mauvais goût affirmé. De nombreux magasins de souvenirs vendent également toute la parfaite panoplie de sorcière et généralement de toutes les créatures magiques. Seul le Salem Witch Museum est légèrement au-dessus du lot. (Washington Square, ouvert tous les jours, entrée payante). Il traite l’évènement sous un angle moderne en le comparant aux problèmes actuels du racisme et de la ségrégation. Le musée reste tout de même assez kitch et il n’évite pas la surenchère (ce que de toute façon la plupart des visiteurs viennent chercher).

Ce qui est un peu dommage c’est que Salem accueille l’un des meilleurs musées de Nouvelle-Angleterre, mais qu’il est du coup au second plan, derrière les sites liés aux sorcières. Il s’agit du Peabody Essex Museum (Essex Street, ouvert tous les jours, entrée payante). D’un point de vue architectural le musée est une réussite avec ses grands espaces en verrières. C’est l’un des plus anciens musées du pays. Il a été fondé en 1799 par des marins locaux qui s’étaient réunis en une association dont le but était de récolter toutes les curiosités qu’ils trouveraient sur leur route. Et c’est ce qu’ils ont fait, le musée abrite désormais plus de 840.000 œuvres venus de tous les continents. On peut notamment y voir l’une des trois représentations existantes dans le monde du dieu hawaiien Ku, sculptée en bois de l’arbre à pain (ou aïto). Le musée se focalise également sur l’architecture (on pouvait s’en douter). L’une des pièces maîtresses est par exemple une ancienne maison chinoise d’un marchand de la dynastie des Qing, appelée Yin Yu Tang, démontée en Chine puis reconstruite à l’identique sur le site du musée. À ne pas manquer si vous êtes à Salem.

Les attraits de Salem ne s’arrêtent pas là. La ville est aussi, et surtout d’ailleurs, un port historique pour les USA. Ce qu’il reste de la première colonie établie ici sur le front de mer est préservé par le Salem Maritime National Historic Site. Les principaux points d’intérêts sont l’ancienne maison des douanes (customs house), la Derby House, la House of the Seven Gables (connue pour être le cadre d’un roman fantastique de Nathaniel Hawthorne) et une superbe réplique d’un vieux navire. C’est un quartier agréable pour se promener une heure ou deux.

Dans un registre totalement différent, on trouve au sud de Salem sur la Route 1A un diner du nom de Salem Diner (70 Loring Avenue) qui sert des hamburgers dans un décor de cinéma (une vieille caravane typique comme on en voit dans les films). Une bonne étape sur la route entre Salem et Boston.

Massachusetts – Où Aller ?

Massachusetts - Ou Aller

Où Aller ? vous présente le plus clairement possible les principaux attraits touristiques de chaque état des USA.

Le Massachusetts est l’état le plus populaire, le plus peuplé et le plus touristique de Nouvelle-Angleterre. Sur une surface relativement restreinte (à l’échelle américaine), il concentre bon nombres de destinations de premiers choix. Son cœur est évidement la grande ville historique et vivante de Boston. Avec sa voisine universitaire Cambridge elle forme la principale agglomération de la région. D’ici il est très facile de voyager vers les villes coloniales et historiques de Salem et de Plymouth ou encore de prendre la direction des superbes plages du Cape Cod ou bien des îles de Martha’s Vineyard et de Nantucket. Comparé aux richesses de la côte, l’intérieur de l’état fait plutôt pale figure mais il recèle tout de même quelques lieux intéressants notamment dans les collines des Berkshire.

Boston ★★★★ – La plus grande ville de l’état et la première destination de la région. Ville animée, à la fois moderne et historique. Nombreux monuments, musées et quartiers variés qui se visitent en suivant le Freedom Trail, un chemin tracé dans les rues de la ville. Il est possible de faire le tour de la cité en une journée mais pour tout voir et visiter il faut compter plusieurs jours. Les principaux sites à visiter sont donc les monuments le long du Freedom Trail (Faneuil Hall, Old State House, plusieurs musées), les stands de nourritures du Quincy Market, les jardins de Boston Common en centre-ville, le quartier historique et chic de Beacon Hill, Downtown qui est le centre des affaires et des gratte-ciels, le quartier italien de North End et le quartier commerçant et chic de Back Bay (autour de Newbury Street).

Cambridge★★★– La visite de Boston est généralement combinée à celle de sa voisine, Cambridge. C’est une ville universitaire où l’on trouve le superbe campus de l’université d’Harvard. Egalement de nombreuses librairies et des musées.

Salem★– Une petite ville proche de Boston, connue pour le procès de 19 sorcières qui s’y déroula en 1692. Cet évènement historique étonnant est retracé dans de nombreuses attractions touristiques assez kitsch pour la plupart. La ville possède également un quartier historique et un très bon musée maritime.

Lexington– Cette petite ville coloniale est un lieu historique car c’est ici que s’est déroulée la première bataille de la révolution américaine en Avril 1775. L’évènement est retracé dans le Minute Man National Historic Park qui est la principale attraction de la ville.

Concord★– Proche de Lexington, Concord est connu pour son passé littéraire. Au 19e siècle c’était une communauté d’écrivain très vivante. De nombreux écrivains y ont vécu où écrit des œuvres importantes du pays. On peut visiter plusieurs maisons et musées. Cela dit pour le visiteur européen la plupart des noms sont peu connus donc l’intérêt est moindre.

North Shore★★– Le North Shore désigne la région littorale qui s’étend au nord de Salem jusqu’à la frontière du New Hampshire. Le coin est également connu sous le nom de Cape Ann. La principale destination est le port de pêche de Gloucester, fondé en 1623. Il est possible de prendre part à des croisières pour observer les baleines. Au nord de Gloucester, Rockport est un charmant village d’artistes au bord de la mer. A la frontière du New Hampshire, Newburyport est un village historique dont le cœur a été rénové et qui possède la plus belle plage du coin.

Plymouth★★– Une petite ville avec du charme qui vaut essentiellement pour son histoire. C’est ici que les premiers pionniers ont décidé de s’installer pour la première fois sur le sol américain. Les Pères Pèlerins sont littéralement vénérés par les américains qui se déplacent en masse pour visiter la Plimoth Plantation, une reconstitution du village de 1627. Si vous aimez l’histoire c’est une destination qui vaut facilement ★★★★.

Cape Cod★★★★– Une merveille de la nature. Cape Cod est une vaste péninsule de près de 100 kilomètres de longueur. C’est l’une des principales destinations de vacances balnéaires sur la côte Est des Usa. On y trouve de superbes plages, des villages coloniaux préservés d’où l’on peut voir des baleines et de nombreuses possibilités de randonnées à pied ou en vélo. Parmi les étapes principales on peut citer Sandwich, un petit village très typique de Nouvelle-Angleterre, Chatham, une petite ville tout aussi charmante, Truro, pour son calme et ses belles plages et Provincetown. Située tout au bout du cap, Provincetown est la capitale touristique officieuse de la région. Son paysage océanique, ses dunes et plages, et son animation en font un haut lieu du tourisme. Le Cape Cod National Seashore, entre Chatham et Provincetown, offre les paysages naturels les mieux préservés du cap. Falmouth et Hyannis sont les deux centres urbains du Cape Cod. Ils n’ont pas le charme des plus petits villages mais offrent un accès facile à la région et un coût du voyage moins élevé qu’ailleurs. A noter que Cape Cod est une destination très prisée et chic, et de ce fait assez chère.

Martha’s Vineyard★★★★– Cette île située au sud du Cape Cod était autrefois connue comme un site important de pêche à la baleine. Aujourd’hui c’est une destination touristique encore plus chic, plus tranquille et tout aussi charmante que le Cap. On y vient pour les paysages, les plages océanes et l’ambiance générale. Les destinations majeures de l’île sont les deux petites villes de Vineyard Haven et de Oak Bluffs (la plus intéressante des deux), la station balnéaire huppée d’Edgartown et la région plus sauvage du nord de l’île avec sa campagne, ses moutons et ses petits villages et connue sous le nom de Up-Island.

Nantucket★★★★– Une autre île, plus petite que Martha’s, située également au sud du Cape Cod. Nantucket est un lieu superbe et très chic. Beaucoup moins fréquentée et plus calme que le cap ou que Martha’s Vineyard, Nantucket est un vrai dépaysement. On y vient pour ses plages, ses paysages sauvages et fleuries et la charmante petite ville de Nantucket. Destination très côtés, Nantucket affiche des prix très élevés aussi bien en hébergement qu’en restauration.

Le centre du Massachusetts– Surnommée la Vallée des Pionniers car c’est par ici que les premiers américains ont commencé à pénétrer à l’intérieur du continent, le centre du Massachusetts présente beaucoup moins d’intérêts que les côtes. C’est une région réputée pour ses universités de qualités ainsi que pour ses villages de pionniers restaurés. Parmi les destinations touristiques les plus intéressantes sont Sturbridge, où est reconstruit un village typique de la région des années 1830, Springfield, qui abrite de nombreux musées (Art, Science et Histoire), et Northampton, qui est de loin la ville la plus attrayante et animée. Pour faire étape dans la région, Northampton ★ est le lieu le plus conseillé.

The Berkshires★★– La façade ouest de l’état, en bordure de l’état de New York, est appelée le Berkshires, du nom de la petite chaîne de collines qui s’y trouve. C’est un paysage de campagne vallonnée qui a longtemps été un lieu de villégiature prisée par les riches familles de la région. Le long de la route 7 on trouve quelques villes pittoresques et riches en culture. Les destinations principales sont Stockbridge, une ville charmante, véritable carte postale des cités de Nouvelle-Angleterre, Lenox, qui se transforme chaque été en haut lieu de la culture avec plusieurs festivals de musique, de danse et de théâtre (mais qui vaut moins le déplacement le reste de l’année), et le Hancock Shaker Village, près de Lenox, un musée vivant sur les Shakers, une secte religieuse mystérieuse et passionnante du 18e siècle. Réparti dans la région se trouve également deux musées qui valent la visite. Le Clark Art Institute à Williamstown, un grand musée de peinture. Le Mass MoCa, un immense musée d’art contemporain.