Harrisburg, Pennsylvanie

Harrisburg, Pennsylvanie

Situer ce lieu sur une carte

Population : 49.530 (agglomération : 383.000)

Même si cela ne saute pas immédiatement aux yeux, la ville provinciale d’Harrisburg est en réalité la capitale de la Pennsylvanie. C’est très fréquemment le cas aux Usa que la capitale d’un état où se trouve plusieurs grandes agglomérations (Philadelphie et Pittsburgh en l’occurrence) soit une petite ville. Il s’agit d’une décentralisation des pouvoirs et bien souvent d’un moyen de préserver le lien économique en dehors des grandes villes. La cité se trouve sur les rives de la rivière Susquehanna, à environ 45 kilomètres au nord-ouest de Lancaster City et à 170 km de Philadelphie. Comme finalement pas mal de petites capitales politiques à travers le pays, Harrisburg n’est pas une vraie ville touristique (l’office du tourisme n’est même pas ouvert aux visiteurs !) mais c’est une ville plutôt sympathique (toutes proportions gardées cela va de soi). L’architecture coloniale de ses vieux quartiers, sa promenade le long de la rivière, se musées et son Capitole d’état en font une étape recommandable pour qui se trouve dans la région. D’autant que c’est une assez bonne base pour rayonner dans le Lancaster County au sud (où les hébergements sont nettement plus chers) et pour visiter à proximité la ville du chocolat, Hershey. Je ne doute pas que peu de touristes (surtout étrangers) feront le détour pour s’y rendre mais si vous passez dans le coin… on ne sait jamais.

Harrisburg est également le site de la centrale nucléaire de Three Mile Island. Vous allez me dire que ce n’est surement pas son principal attrait, certes, mais vous entendrez surement parler de son histoire si vous êtes de passage à Harrisburg. En 1979 l’un des réacteurs de la centrale a subi un dysfonctionnement et à partiellement fondu. A priori il n’y a pas eu de dommage lié à cet accident (même si cela est largement contesté). Le plus cocasse en réalité concerne la suite de l’histoire car la centrale fût remise en fonctionnement 6 ans après l’accident mais dans un relatif secret. L’annonce de sa réouverture a été faite bien des années plus tard, à la grande surprise de beaucoup de locaux qui pensaient donc la centrale fermée, et autant vous dire que la surprise n’a pas été du gout de tous le monde. Difficile de manquer la centrale si vous allez vers l’est de la ville le long du fleuve. Près de la centrale, un panneau vous en raconte l’histoire détaillée (au cas où ça intéresse quelqu’un).

Pour le visiteur, le principal attrait d’Harrisburg est certainement le Capitol. Situé sur 3rd et State Street, le Capitol de la Pennsylvanie est, comme souvent, un édifice assez spectaculaire au niveau de son architecture (à défaut d’être très spectaculaire au niveau de son efficacité administrative). Son style renaissance assez grandiose et son dôme probablement inspiré de la cathédrale Saint Pierre de Rome casse la monotonie des quelques gratte-ciels basiques du centre-ville d’Harrisburg. Il est possible de découvrir le bâtiment gratuitement en prenant part à une visite guidée. Tout proche, à l’intersection de 3rd et North Street, le State Museum of Pennsylvania est le classique musée d’état que comptent toutes les capitales américaines. L’entrée est gratuite (ouverture tous les jours sauf le lundi et le dimanche matin) et l’on y trouve un planétarium ainsi que diverses expositions (objets archéologiques locaux, vestiges militaires, œuvres d’arts) réparties sur quatre étages. Comme tous les musées d’état il est particulièrement peu fréquenté en dehors de quelques hommes d’affaires en visite pour tuer le temps et des groupes scolaires.

Le musée le plus réputé d’Harrisburg est le National Civil War Museum, situé près de Market Street sur Lincoln Circle (entrée payante, ouvert tous les jours) un peu à l’écart de downtown. C’est l’un des meilleurs sites culturels du pays pour comprendre les raisons qui ont mené à la guerre civile américaine ainsi que les conséquences de celles-ci, particulièrement d’un point de vue humain car il faut savoir que la Civil War reste à ce jour l’évènement le plus sanglant de l’histoire de l’Amérique. Elle a fait plus de blessés et de morts américains (plus de 730.000) que tous les autres conflits combinés où l’Amérique s’est engagée. Le musée est très bien fait et passionnera les amateurs d’histoire mais il est également très accessible aux néophytes. A noter que même si le musée ne vous intéresse pas (admettons), vous pouvez vous y rendre pour aller au café terrasse qui offre les meilleures vues sur la ville.

En dehors des musées et des bâtiments de l’administration, Harrisburg mérite une petite balade le long de la rivière. Le Riverfront Park est un parc assez agréable, surtout en été. A noter que la rue la plus animée du centre-ville est Second Street, bien que « animation » soit un grand mot quand même et que l’ambiance devienne un peu bizarre passé une certaine heure.

Pratique

Pour ceux qui veulent (ou doivent) séjourner une nuit à Harrisburg je vous conseille le Best Western Premier the Central Hotel situé sur East Park Drive à la sortie 48 de la I-83 où se regroupent également d’autres hôtels de chaînes et motels. Il n’est donc pas situé dans le centre de Harrisburg et il faut une voiture pour s’y rendre (mais j’imagine qu’aucun visiteur n’est jamais venu à Harrisburg sans voiture). C’est un hôtel assez grand qui possède des chambres confortables et propres (même si la déco est très classique des hôtels de chaînes), une piscine, un bon restaurant et un bon service. Une bonne adresse donc.

Albany, New York

New Jersey

Situer ce lieu sur une carte

Population : 97.856

Peu de visiteurs le savent et cela est, je vous l’accorde, un peu illogique mais New York City n’est pas la capitale de l’état de New York. Ce rôle revient à une ville moyenne sans signes distinctifs (comme c’est finalement souvent le cas) du nom d’Albany. La ville n’est pas vraiment loin géographiquement de NYC (environs 2 bonnes heures de route) mais vous en êtes déjà à des années lumières sur tous les autres plans. Fondée par des trappeurs hollandais à la fin du 17e siècle, Albany a prospéré en contrôlant le commerce le long du canal d’Erie qui relie le port de NYC avec les grands lacs. Son statut de capitale d’état l’a de plus confortée dans ce rôle. De façon surprenante Albany n’est pas une ville désagréable mais étant toute entière dédiée aux affaires politiques et bureaucratiques de l’un des états majeurs du pays, c’est une ville forcément assez soporifique. Les blasés lui donnent d’ailleurs toutes sortes de surnoms mesquins comme « Smallbany » (minus Albany) ou « Dullbany » (Albany l’ennui). Rien de très prometteur et de toute façon la ville n’a pas une grande vocation touristique. Toutefois pour ceux qui veulent explorer l’état de New York c’est un passage logique et quasi obligé. Tant que vous y êtes autant en faire une petite visite !

Le mieux est de commencer par le Visitor Center à l’angle de Broadway et de Clinton street. On y trouve des cartes et des idées de visites. Tout à côté on peut voir la Quackenbush House qui est la plus ancienne construction de la ville, érigée en 1776 le long de la rivière Hudson. Au cœur de la ville se situe l’Empire State Plaza, ensemble moderne comprenant des galeries marchandes souterraines. C’est un lieu de controverses car il fût construit en lieu et place de nombreuses rues de bâtiments historiques du 19e siècle. Le plus intéressant (car c’est en réalité un endroit présentant bien peu d’intérêts) est de monter à l’observatoire situé au 42e étage de la Corning Tower. L’accès est gratuit et la vue porte très loin sur la rivière Hudson, les montagnes Catskills et les premiers reliefs des montagnes Adirondack. Bien sûr il domine également la ville, avec à ses pieds une construction connue localement sous le nom de The Egg (l’oeuf). Il s’agit du Performing Art Center, une salle de spectacle dont l’architecture en rondeurs tranche avec le reste du quartier.

Également à proximité le New York State Museum présente tout ce que vous voulez (ou ne voulez pas forcément) savoir sur l’état de New York. La meilleure section concerne New York City et est plus fournie que tout ce que vous trouverez à Manhattan. N’hésitez pas à y faire un tour car l’entrée est gratuite.
La partie la plus plaisante de la ville et la plus animée (mais ne pas s’attendre à quelque chose de survolté) se situe entre les avenues Washington et Madison et le parc de Washington Park. Ce dernier est l’œuvre de Frederick Law Olmsted qui n’est pas le créateur de parcs lambda (si tant est que cela existe) puisqu’il est à l’origine de Central Park.

Sur Washington Avenue on peut voir des constructions en briques du type de celles qui ont fait place à l’Empire State Plaza. Au 125 on trouve également l’Albany Institue of History and Art. Pour 7$ vous pourrez y admirer une large collection d’oeuvres de l’école dite de la Hudson River. Ces peintures représentaient les paysages locaux sous un aspect extra romantique et imagé.

Infos. Trouver à se loger à Albany n’est pas toujours évident (et oui) ni même bon marché. La faute aux congrès et réunions politiques fréquentes. Les chaînes nationales de motels se trouvent le long des grands axes à l’extérieur du centre. En centre-ville l’hôtel le plus confortable est le Crown Plaza. Il y a également un B&B de haut standing, le Mansion Hill Inn.  Pour l’animation, les restaurants et le reste, le cœur de la ville est Lark Street. C’est un secteur plus branché que vous ne l’imaginez probablement même si ce n’est pas tout à fait Greenwich Village ! Il y a un bon choix de restaurants. Quelques cafés bars comme le Lionheart Blues Café proposent des concerts réguliers. Sur l’autre rive de l’Hudson la ville universitaire de Troy possède également quelques bonnes adresses.

Carson City, Nevada

New Jersey

Envie de western ? Bienvenue sur la US-395, une route qui descend de Reno vers le sud le long des pics de la Sierra Nevada en direction de la Vallée de la Mort. Tout juste 30 miles au sud de Reno, Carson City, la capitale du Nevada est une petite ville qui n’a rien d’une capitale mais qui possède plusieurs buildings élégant, des musées intéressants (dans une certaine mesure du moins) et bien entendu quelques casinos digne de ce nom pour ne pas faire mentir la réputation de l’Etat (et vous soulager de vos dollars inutiles par la même occasion). Le petit côté Wild West qui colle à l’image de Carson City est certainement la meilleure raison de venir visiter la ville. Le nom de la ville lui-même évoque un personnage légendaire de l’ouest, Kit Carson. Le Nevada State Museum est une bonne introduction à cet univers bien particulier. Ce musée vraiment intéressant présente notamment la reproduction d’une ville fantôme (comme il en existe de nombreuses vraies dans l’état) ainsi que d’une mine souterraine identique à celle qui ont fait la fortune et les beaux jours de la côte ouest. Pour ceux qui souhaitent visiter la ville à pied ou en voiture le mieux est de suivre l’une des cartes du visitor center (situé sur South Carson Street) pour découvrir le Capitole, les musées et les maisons victoriennes.
On trouve la majorité des chaînes de motels à Carson City mais je ne vois pas bien pourquoi vous voudriez y dormir. Mieux vaut pousser jusqu’à Reno, bien plus grande et plus animée.